31/01/2007

Le krach Mabille.

Houdeng-Aimeries - Samedi 3 novembre 1928.

 

Le tribunal de commerce de Mons, qui a déclaré la faillite du banquier Léon Mabille, de Houdeng-Aimeries, vient de désigner un deuxième curateur, Me René Leroy, avocat à Houdeng-Aimeries, qui a été adjoint à Me Roger Delcenserie, avocat à La Louvière, précédemment désigné. Cette décision a été prise à cause de l'importance de l'affaire, qui prend chaque jour de plus en plus d'ampleur et, aussi en raison des difficultés que rencontre l'examen de la situation du failli.

 

Le parquet et le tribunal de commerce de Mons n'ont trouvé aucun document qui puisse leur permettre d'établir une situation nette et précise de Mabille, qui ne tenait aucune comptabilité et ne peut produire aucun compte. C'est par l'afflux des plaintes qui se sont produites et qui continuent à arriver, que l'on parviendra à connaître, aussi approximativement que possible, l'étendue du krach. Beaucoup de gens sont complètement ruinés par les agissements du financier véreux. Ses victimes sont principalement des ouvriers et des petits bourgeois de la région, qui lui avaient confié leurs économies, dans le but de les faire fructifier et qui ont perdu tout leur avoir. Mabille avait aussi parmi ses clients, des gens habitant aux divers points de la province, et l'on cite, notamment, le cas d'une femme de Tournai, qui est complètement ruinée, après avoir perdu dans l'affaire une somme de 218.000 francs.

 

Au parquet de Mons, on a l'impression que le déficit de Mabille sera bien de cinq millions, en regard de quoi il ne présente qu'un actif absolument nul. Nous avons dit que l'immeuble qu'il possède est hypothéqué au delà de sa valeur et que son mobilier est saisi par l'administration des Finances, pour assurer le paiement de contributions qui sont dues. Dans les caisses du banquier, il n'y avait pas un sou et, au moment de son arrestation, il n'avait sur lui qu'une somme de 200 francs. C'est tout son actif.

 

Ce sont de malheureuses spéculations boursières qui ont consommé la ruine de Mabille qui, il y a peu de temps, possédait un avoir de plusieurs millions. Il a tout perdu ce qu'il possédait, en même temps que les fonds qui lui avaient été confiés, ayant travaillé avec la plus grande audace et au hasard, acceptant d'effectuer des opérations importantes, dont certaines atteignaient le million d'un seul coup.

 

On prévoit que l'instruction du parquet et les recherches des curateurs seront longues et laborieuses; mais, contrairement à ce qui a été dit, il n'est pas question d'opérer de nouvelles arrestations dans cette affaire, les agissements de Mabille ayant été effectués par lui seul.

16:30 Écrit par La Petite Louve dans Finance | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : banque |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.