03/02/2007

L'affaire Mabille.

Houdeng-Aimeries - Mardi 8 octobre 1929.

  

La troisième chambre du tribunal correctionnel de Mons, présidée par M. le vice-président Guillery, a commencé, dans on audience de lundi, l'examen des faits rais à charge du banquier Léon Mabille, 32 ans, de Houdeng-Aimeries, prévenu 'escroqueries, détournements, abus de confiance, banqueroute frauduleuse, faux, usage de faux, etc.'

 

L'instruction a relevé à charge de Mabille, 122 chefs de prévention et 92 témoins ont été cités à l'audience.

 

Mabille avait une importante clientèle, qu'il avait surtout scrutée par la publication d'un journal hebdomadaire "Les avis Boursiers"; mais il omettait de remettre à ses clients les titres qu'ils l'avaient chargé d'acheter, ou bien il n'accomplissait pas les opérations qu'il devait effectuer, et ses livres renseignaient des opérations fictives.

 

Dans son interrogatoire, le prévenu reconnaît les faits qui lui sont reprochés, par des opérations personnelles et que son déficit est dû principalement au fait qu'il a eu besoin des nombreux capitaux pour l'installation de sa banque et, notamment, de sa salle de coffres-fort, qui coûta 300.000 frs.

 

M. Sace, expert-comptable, a été chargé de l'examen des livres de Mabille. Il n'est pas possible, de dire exactement l'importance du déficit, mais on peut le fixer certainement à plus de 3 millions.

 

Longuement il donne des renseignements concernant les opérations de Mabille, répondant à des questions de la défense, Mes Bergeret et Le Tellier, du Président et de M. le substitut Dupont, qui occupe le siège de ministère public.

 

M. Sace n'a pas pu vérifier la déclaration de Mabille que, personellement, il aurait gagné de l'argent dans ses opérations à terme, mais il reconnaît que le prévenu ne s'est jamais livré à des dépenses exagérées pour son ménage et pour des besoins pressants. Il estime aussi que si Mabille s'était contenté du demi-courtage qui lui revenait sur les opérations de bourse effectuées pour ses clients, il aurait gagné beaucoup d'argent, car sa clientèle était importante.

 

Après l'audition de M. Sace, qui reste cependant à la disposition du tribunal pour lui fournir des renseignements au cours des débats, il est procédé à l'audition des témoins, dont la plupart sont des gens à qui le prévenu doit de 1'argent.

Les débats dureront au moins trois jours.

20:23 Écrit par La Petite Louve dans Finance | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : banque |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.