27/02/2007

Ce que nous a valu le Canal du Centre.

Houdeng-Aimeries - Vendredi 25 juillet 1919.

 

Avant la construction du Canal du Centre, on avait accès à l'église par un escalier d'environ deux mètres de haut. Tout un groupe de maisons faisait face à l'église et, en partant de la Maison communale, une rue descendait vers la rue Jeanne Haye .

 

Par la construction du canal, la Place a été remblayée, la pente est devenue une rampe et l'accès de la rue à l'entrée principale de l'église, se fait de plain pied.

 

560HA_EGLISE~1

Le canal face à l'église de Houdeng-Aimeries.

 

Pour faire sa trouée en plein centre du village, le canal a exigé la démolition d'un bon nombre de maisons. Il aurait fallu à cette époque, un projet prêt pour permettre aux habitants expropriés de se rétablir à un autre endroit du village.

 

Disons de suite que ce projet a été fait et qu'il ne manquait pas d'être assez bien conçu.

 

Malheureusement les exigences des propriétaires de terrains parurent exagérées à l'époque et le projet fut retiré. Ce qui devait arriver arriva: l'exode, vers les communes voisines, de ceux qui devaient se replacer. Ce fut un rude coup porté au développement de la commune et tous les efforts faits depuis lors n'ont pas encore abouti à réparer le mal.

 

Venant de la limite de Houdeng-Goegnies le canal passe vis-à-vis de l'église, fait une courbe jusque la rue Liébin, distante d'environ deux cents mètres, et, après le Pont de la rue Liébin, s'élargit en un bassin où peuvent attendre les bateaux ayant emprunté ou devant emprunter les ascenseurs n° 2 et 3. Ces deux ascenseurs sont contigus, mais la partie sud de l'ascenseur n° 3 et le bâtiment des machines, commun aux deux ascenseurs, se trouve déjà sur Bracquegnies . C'est donc en suivant le tracé du canal qu'on rencontre l'étranglement du territoire.

 

plan cadastral place~6

 

Plan cadastral du centre de Houdeng-Aimeries avant le percement du canal.

20:15 Écrit par La Petite Louve dans Canal du Centre | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.