06/03/2007

Fermeture du puits St-Patrice.

Houdeng-Aimeries - Bois-du-Luc

Mercredi 8 décembre 1937.

 

Depuis vendredi dernier, le puits St-Patrice a cessé son exploitation. Les cages ont fait l'ultime translation du personnel et pour la dernière fois également, les lumières multicolores de la traditionnelle chapelle de Sainte-Barbe en ont éclairé la recette.

 

Le gisement de cette fosse est épuisé: sa fin donc naturelle, tout à fait normale: pourtant sa fermeture laisse une pointe de mélancolie au fond de l'âme des anciens du Bois-du-Luc. Petit à petit, ses installations vont disparaître; briques après machines, tout sera enlevé et bientôt disparaîtra la trace d'un siècle de labeur tenace, de tant de difficultés vaincues; la mort d'une fosse a quelque chose de profondément émouvant.

 

14006BDL_FOSSE_ST_PATRICE~1

Le puits Saint-Patrice, fermé en 1937.

 

Le majestueux terril que nous laisse St-Patrice perpétuera cependant à jamais le souvenir de ce puits. Tout à proximité, il surplombe et même recouvre à certains endroits la vallée du Thiriau du Luc; chaque année, lorsque la belle saison nous revient, sa verte frondaison jette une note champêtre si originale dans la cité industrielle.

 

Le creusement de ce puits commence en 1820 à proximité de l'ancienne fosse de la Société de Trivières. C'est certainement à cause de ce voisinage que les ouvriers s'obstinèrent à toujours l'appeler la fosse de Trivières.

 

On arriva à une profondeur de 300 mètres vers 1834, puis par deux approfondissements successifs, celle de 540 mètres fut atteinte en 1896. L'exploitation se fit d'abord aux étages de 254 mètres et de 325 mètres; celle de la couche du fond fut faite en vallée jusque 600 mètres environ.

Le personnel devenu disponible par la fermeture de Saint-Patrice sera réparti dans les différents autres puits de la Société.

 

186BDL_SIEGE_ST_PATRICE~1

Vue depuis le siège Saint-Patrice.

19:00 Écrit par La Petite Louve dans Charbonnages | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.