31/03/2007

L'espion Wiart.

Houdeng-Goegnies - Jeudi 26 février 1920.

 

Sait-on que l'espion Wiart, condamné récemment par le conseil de guerre de Lille, habitait notre commune pendant la guerre, en compagnie de sa concubine, Leroy Olympe?

 

Le faux ménage demeurait rue de la Chaussée, numéro 10.

 

C'est au début de 1917, que Wiart s'est présenté à la Maison Communale de Goegnies, déclarant faire partie d'un service d'espionnage allié. Il fut éconduit. Depuis lors, il est parti et on ne l'a plus revu.

 

Sa concubine est restée jusqu'à l'armistice dans la commune: à ce moment, Wiart est venu la reprendre et les amants sont partis en France, où Wiart s'est fait pincer.

17:00 Écrit par La Petite Louve dans Anecdotes | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : espionnage |  Facebook |

30/03/2007

Vol d'un boeuf.

Houdeng-Goegnies - Jeudi 5 juin 1919.

 

La nuit dernière, l'attention des agents fut attirée par trois individus aux allures louches, qui conduisaient un boeuf. Interrogés sur leur présence à une heure aussi tardive, les agents n'obtinrent aucune réponse, ce qui leur fit penser que l'animal provenait d'un vol et ils invitèrent ces individus à les suivre à la gendarmerie d'où ils n'étaient pas très éloignés. Arrivés en face de celle-ci, un des agents sonna, mais pendant que les gendarmes s'habillaient, les individus prirent la fuite à toutes jambes suivis par les agents qui ne purent malheureusement les rattraper. Ils ont protégé leur fuite en tirant de nombreux coups de revolver dans la direction des agents.

 

Les trois voleurs sont de grande taille; l'un est de forte corpulence, cheveux noirs et tête crépue; le second est maigre avec menton allongé; le troisième est un peu plus petit. Ils portaient tous une casquette et des sandales.

 

Signalement du boeuf; taille moyenne, âgé de trois ans environ; robe blanche et gris foncé; valeur approximative: 3000 francs.

 

Le signalement a été adressé à tous les commissariats de police et de gendarmerie des environs.

 

Une enquête est ouverte par la police.

17:01 Écrit par La Petite Louve dans Faits divers | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : vols |  Facebook |

29/03/2007

Des escarpes.

Houdeng-Goegnies - Samedi 12 avril 1919.

 

Des escarpes ont brisé la grande vitrine du magasin de confection annexé à la Maison du Peuple et ont enlevé les pantalons, les costumes, les étoffes qui se trouvaient à l'étalage.

 

Sous le régime bolcheviste, de tels faits seraient licites, puisque l'Etat futur "doit" faire main basse sur les habitations, et qu'un habit, de par son étymologie, est une sorte d'habitation.

 

Seulement, pour ne pas effaroucher les populations peu préparées à ces nouveautés, les mêmes faits revêtent des noms différents: nous disons, nous, le vol d'un habit ; les bolchevistes, eux, prononcent la "socialisation" d'une habitation. Nous souhaitons que les malandrins qui ont opéré à la Maison du Peuple soient découverts et soumis à la sanction des lois, des anciennes lois de cette vieille société, dont certaines coutumes - ne fût-ce que celle de punir les voleurs ont encore du bon, quoi qu'en disent nos socialistes bolchevisants .

17:00 Écrit par La Petite Louve dans Faits divers | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : vols |  Facebook |

28/03/2007

Représailles

Houdeng-Goegnies - Dimanche 24 novembre 1918.

 

Mardi soir, un groupe de soldats et d'habitants se mit en devoir d'aller lyncher les femmes notoirement connues comme ayant eu des relations avec les Allemands. Malheureusement, la scène ne tarda pas à dégénérer en pillages et en vols de tous genres, des éléments peu recommandables s'étant introduits dans les rangs des manifestants.

 

Des mesures de police énergiques furent prises en vue d'assurer l'ordre public de 5 heures du soir à 5 heures du matin. Grâce aux dispositions qui furent appliquées avec sévérité, la soirée de mercredi fut calme. Elles seront observées pendant plusieurs jours.

17:45 Écrit par La Petite Louve dans Faits divers | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : manifestation |  Facebook |

27/03/2007

A qui le vélo?

Houdeng-Goegnies - Lundi - Mardi 8-9 juin 1914.

 

On a trouvé, dimanche matin, à proximité du canal du Centre, près du tir de la garde civique, un vélo, dont la plaque portait le numéro 82083. Au vélo, était attaché un paquet enveloppé dans un mouchoir de poche rouge et dans lequel se trouvaient des vêtements de travail. Les vêtements portaient des taches de couleur, ce qui fait supposer qu'ils appartenaient à un peintre. Des recherches ont été faites chez plusieurs receveurs des contributions du Centre, afin de découvrir le propriétaire de la bicyclette, mais elles sont restées vaines. L'on se perd en conjectures sur cette trouvaille.

 

Le commissaire de police de Houdeng-Goegnies a ouvert une enquête.

17:45 Écrit par La Petite Louve dans Anecdotes | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : velo |  Facebook |

26/03/2007

Un empoisonneur de chiens.

Houdeng-Goegnies - Mercredi 19 décembre 1913.

 

Ces jours derniers on a constaté qu'une dizaine de chiens avaient été empoisonnés dans la commune. Et parmi les victimes, il y avait des chiens de valeur: un Malinois, appartenant à M. Nicolas Roland et un Groenendael appartenant à Madame Veuve Lecrinier. Nous engageons le public à prendre garde. Une forte récompense est en tous cas promise à la personne qui ferait connaître l'auteur des méfaits. Et messieurs les pharmaciens pourraient peut-être aider les recherches en disant a qui ils ont, ces derniers temps, vendu de la strychnine, produit avec lequel les chiens ont été empoisonnés

17:45 Écrit par La Petite Louve dans Anecdotes | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

25/03/2007

Kermesse aux boudins.

Houdeng-Goegnies - Vendredi 5 décembre 1913.

 

En entrant dans un café, un avis de couleur jaune, barré de rouge, portant à la partie supérieure un porc grassouillet! Serait-ce par hasard la nouvelle enseigne de la maison? Je lis et je constate que c'était l'annonce de la fameuse kermesse aux boudins que donne, chaque année, le camarade Zenon Delcuve, du Café des Arcades, les 24 et 25 décembre (Noël). Il expose 1.000 succulents boudins au jeu de piquet, de mariage, de billard et de picot. Quelle série de mots suggestifs? Si l'on joue deux contre deux, l'enjeu est de 6 boudins: 4 pour les gagnants, 2 pour les perdants; si l'on est un contre un, le gain diminue de moitié.

 

C'est la cinquième année que cette réjouissance est organisée et elle obtient toujours un gros succès! Il est vrai que l’ami Zenon est des plus connus: en outre, il a de bonnes consommations !

 

On ira le voir aux 24 et 25 décembre 1913.

17:45 Écrit par La Petite Louve dans Festivités | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : kermesse |  Facebook |