23/05/2007

A qui l'ascenseur?

Houdeng-Goegnies - Jeudi 13 mars 1930.

 

Est-il trop tard pour revenir sur l'étrange décision prise par notre Conseil communal socialiste pour protester contre le Comité louviérois des fêtes du Centenaire qui, faisant usage d'une gravure de l'Ascenseur n° 1 du canal, semble ainsi usurper et accaparer au profit de La Louvière un monument qui appartient exclusivement, par sa situation, à la commune de Houdeng-Goegnies! Au premier abord, une telle idée de dispute intercommunale semble futile à quiconque ne connaît pas le caractère particulariste des habitants de Goegnies, qui n'admettent pas que l'on puisse leur contester le privilège exclusif de posséder sur leur territoire, le célèbre Ascenseur, et surtout que l'on se serve de cet Ascenseur dans un but de réclame touristique et commercial au profit d'une localité qui a le seul tort d'être de quelques mètres contiguë au territoire sur lequel s'érige ce monument hydraulique et historique, dans les fastes de Houdeng-Goegnies.

 

431HG_CANAL_ET_ASCENSEUR_NO~1

Le canal du Centre et l'ascenseur n°1, objet de la polémique.

 

Que l'on veuille bien considérer d'abord, que toute question de limite légitime à part, et que personne ne conteste, le célèbre Ascenseur est bien acquis, par sa situation, à Houdeng-Goegnies.

 

Mais que d'autre part, les édiles communaux de Houdeng-Goegnies veuillent bien aussi considérer, qu'il aurait pu en falloir de bien peu, pour que, sans ce malencontreux fossé, dans lequel coule le Thiriau, qui, comme disait Adolphe Caffet, "sépare Houdè de L' Louvière", pour que cet Ascenseur, qui excite l'esprit de rivalité de Houdeng-Goegnies contre sa voisine louviéroise, ne soit érigé sur La Louvière, si le canal était admis en droit comme la vraie limite des deux communes et que l'Ascenseur eut un piston sur chaque commune.

 

Or, c'est précisément ce proche voisinage de l'Ascenseur qui crée cette espèce de mitoyenneté qui fait que, question de limite à part, tous ceux qui sont étrangers à ces questions de limites et de rivalités communales, considèrent que l'Ascenseur est autant de La Louvière que de Goegnies. En effet, pour l'étranger qui veut venir voir notre Ascenseur, s'il consulte une carte du Centre et le Guide des Chemins de fer, il voit qu'il lui est loisible de descendre soit à La Louvière, soit à Houdeng, et s'il connaît tant soit peu les lieux, il pensera qu'il lui est plus facile d'atteindre l'Ascenseur par La Louvière en suivant la rive du canal, que par la gare de Houdeng.

 

Que cela contrarie les citoyens de Goegnies de ne pas pouvoir jouir du monopole exclusif de l'Ascenseur n° 1, cela se comprend; mais ils ne peuvent rien faire à cela, sinon que de se consoler, en se disant qu'en compensation, c'est bien le Conseil communal de Houdeng-Goegnies qui eut  l'honneur de recevoir en 1889 S.M. le Roi Léopold II, lors de la fameuse et historique inauguration de cet Ascenseur. Cela est incontestable.

 

Car, dans le compte rendu de cette séance du Conseil communal paru dans "Les nouvelles", c'est cet argument irréfutable, qu'en désespoir de cause, la majorité socialiste, sous la présidence du citoyen Ferdinand Pintelon, recourut pour affirmer son droit à la possession de l'Ascenseur. Mais ce qui est fantastique en cette affaire, qui est plus burlesque que tragique, c'est précisément que c'est un Conseil communal socialiste qui, en ses principes fondamentaux, prétend combattre les préjugés de frontières dans les questions internationales, qui met parfois les nations en conflit en affirmant la fraternité des peuples, soulève la question de l'Ascenseur pour déclarer son hostilité contre une commune voisine également sous l'égide d'une majorité socialiste, et défende ses droits et privilèges communaux contre une prétention arbitraire de son voisin.

 

397HG_ASCENSEUR_NO1~1

L'ascenseur n°1 de Houdeng-Goegnies (et non de la Louvière).

 

Il y aurait de quoi rire, si un tel conflit ne témoignait d'un état d'esprit regrettable, chez nos concitoyens de Houdeng-Goegnies, qui en sont arrivés à considérer sérieusement, que tout ce qu'on fait à La Louvière, à l'occasion des fêtes, ducasses, carnaval et toute attraction publique est fait exprès, de propos délibéré, prémédité, pour faire tort aux mêmes événements qui se produisent en même temps, par fatalité ou coïncidence de date, à Houdeng-Goegnies.

 

Mais, aussi, que penser de ce Conseil communal socialiste qui, dominé par son esprit de clocher, en arrive à oublier que si ce fut un Conseil communal libéral qui reçut le Roi, il oublie aussi comment les socialistes républicains de cette époque reçurent le Roi à cette occasion.

 

Les temps sont bien changés depuis lors, si on considère le loyalisme que nos socialistes montrent vis-à-vis de la monarchie depuis qu'ils sont les maîtres. Evidemment, cette question de savoir, "A qui l'Ascenseur?" ne sera pas une cause de guerre entre Houdeng et La Louvière, car, pour tout le monde, cet Ascenseur, quoi qu'en craigne son Conseil communal, est bien l'Ascenseur de Houdeng-Goegnies, tel qu'il est mentionné sous la rubrique de la gravure publiée par le Comité des fêtes de La Louvière, et qui fut le prétexte de la protestation de notre Conseil communal.

 

Espérant, Monsieur le Directeur, que vous insérerez la présente épître pour remettre la question sous son impartial point de vue, recevez les sentiments.

 

D'UN CITOYEN DE GOEGNIES. Houdeng-Goegnies, 9 mars 1930.

17:01 Écrit par La Petite Louve dans Canal du Centre | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : ascenseur, canal |  Facebook |

Commentaires

bonjour

Écrit par : RYCKEBUS | 22/01/2014

Les commentaires sont fermés.