02/02/2008

Scène de rue.

La Louvière - Samedi 28 janvier 1928.

La loi du moindre effort et la compression des frais généraux par la réduction de la main-d'oeuvre trouvent, actuellement, leur application dans tous les domaines...

Ainsi, il nous a été donné cet après-midi, vers quatre heures, en face de nos bureaux, de voir un marchand de chansons ambulant qui agrémentait (?) le placement de ses feuillets par un accompagnement à l'aide d'un piano automatique juché sur une charrette peinte en vert d'eau flambant neuve et tirée par un amour de petit baudet...

Donc, plus de manivelle tournée par un vieux mendiant hirsute, alors que sa vieille allait de porte en porte.

Tout change... Vive le progrès!

04015LL_PLACE_COMMUNALE10

18:15 Écrit par La Petite Louve dans Anecdotes | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.