06/02/2008

Une affaire mystérieuse.

La Louvière - Samedi 12 mai 1928.

Au cours de la nuit dernière, une fenêtre de l'étage de la maison d'un gros commerçant de la rue de Belle-Vue s'ouvre subitement et un homme, qui passait, est hélé par le commerçant.

"Il se passe, dit l'interpellateur, des choses mystérieuses dans mon logis; il doit y avoir un ou plusieurs voleurs; vite, courez chercher un voisin pour visiter l'immeuble."

04015LL_PLACE_COMMUNALE

 

Le passant s'acquitte de sa mission et prévient également deux policiers qui, revolver en main, s'introduisent dans l'immeuble que l'on visite dans ses coins et recoins. Rien d'anormal n'est constaté.

Dans une prairie voisine, l'on aperçoit, dans l'obscurité, car il est 11 heures du soir, un homme accroupi. L'agent fait les sommations réglementaires. Le bonhomme, tout peureux, décline ses noms, domicile et qualité. Il proteste de ses bons sentiments et déclare que sa journée finie, il voulait tout simplement cueillir de l'herbe pour ses lapins.

On se rend bien vite à l'évidence que l'homme en question est inoffensif.

Le lendemain, une nouvelle visite, faite par les occupants de la maison, fait constater que l'auteur du mystérieux bruit perçu la nuit était le...chat, qui avait fait quelques fracas dans la vaisselle et parmi les bibelots. Il a été sévèrement réprimandé.

C'est égal, les habitants de la rue de Belle-Vue furent ameutés et les femmes se vouaient à tous les saints pour se remettre de leur frayeur, tandis que les hommes essayaient de rattraper leur sommeil... coupé.

19:15 Écrit par La Petite Louve dans Faits divers | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.