09/02/2008

Moeurs d'apaches.

La Louvière - Mardi 5 juin 1928.

Dimanche soir, vers 10 heures, un honnête ouvrier de Bracquegnies entrait dans un café des environs de la passerelle du passage à niveau de La Louvière et y commandait une consommation. En paiement de celle-ci, il remit un billet 50 francs, mais la tenancière ne voulut pas lui en remettre toute la monnaie.

08014LL_MAISON_COMMUNALE_19

 

Comme le client, qui ne connaissait pas les moeurs spéciales de la maison, s'indignait à juste titre, il fut roué de coups, de coups de matraque entre autres, et il eut rapidement un oeil tuméfié; après quoi il fut jeté à la porte et renversé dans la rigole.

Toute cette agression avait été perpétrée avec le concours de quatre personnes interlopes indirectement attachés, sans doute, à la maison et qui se firent passer pour des agents de police secrète auprès du pauvre homme que la police locale vint, enfin, dégager, à la réquisition des passants écoeurés.

Elle a procédé à l'enquête d'usage et il est à souhaiter que certaines de ces maisons, plus ou moins mal famées, ne se compliquent de coupe-gorge où opèrent ces tire-laine en quête d'argent facile.

18:15 Écrit par La Petite Louve dans Faits divers | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Si j'ose écrire Histoire locales, un bond dans le passé, un bond dans la ville.
Ce n'est plus très utile, mais je plains cet homme
Bonne journée

Écrit par : ecrivain89 | 09/02/2008

Les commentaires sont fermés.