05/03/2008

Un saoulard n'est pas raisonnable.

La Louvière - Dimanche 8 décembre 1929. 

La scène se situe place Maugrétout face à l'église. Vendredi, neuf heures du soir. Dans le renfoncement d'une loge foraine, deux gendarmes, le fusil pendant à l'épaule, s'occupent d'un citoyen manifestement ivre. Il y a une galerie, laquelle est composée, notamment, d'un agent de police et d'un journaliste que nous sommes.


04015LL_PLACE_COMMUNALE28 
 - Qui êtes-vous? questionne Pandore. Pandore reçoit une réponse injurieuse.- Qui êtes-vous? insiste-t-il.- Ca n’vo r'gard nie!- Où allez-vous?- D' m'in va nadgie! La conversation pouvait, sur ce ton, durer longtemps. Mais la patience, même chez le gendarme, a des bornes. Encadré des deux représentants de l'autorité, l'ivrogne prend bientôt le chemin du "violon" communal où, au moment où nous jetons ces lignes sur le papier, il cuve sans doute sa boisson...

18:30 Écrit par La Petite Louve dans Faits divers | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.