04/06/2008

La ballon dirigeable.

La Louvière - Samedi 10 août 1907. 

C’est aujourd’hui que les aéronautes parisiens arrivent à La Louvière, les préparatifs pour la fête de dimanche étant assez longs. Place Maugrétout, on travaille activement à établir des barricades. 

M. Adolphe D'Hainaut, le dévoué président du Comité des fêtes, nous prie de protester contre les bruits malveillants que certaines personnes font courir, on ne sait trop dans quel but; elles vont racontant que la fête de dimanche n'est qu'une blague.

Or, il est certain que nous aurons un ballon dirigeable à La Louvière dimanche prochain et que des expériences de dirigeabilité seront faites si le temps est calme.

Nous tenons de source sûre qu'il y a actuellement 7000 coupons retenus à Bruxelles pour dimanche prochain, à destination de La Louvière.

- Dimanche, à partir de 9 heures du matin, l’enceinte sera accessible au public moyennant un droit d'entrée de un franc.
- Le Comité prie les habitants de pavoiser.
- Rappelons que l'on peut se procurer, aux bureaux des Nou­velles, au prix de cinq centimes, des cartes reproduisant le cliché du ballon.

- Un garage de bicyclettes sera établi pour la journée de dimanche prochain, chez M. Mathieu Delfant, rue du Gymnase.

 20009LL_DIRIGEABLE [Web520]
 Publicité pour la grande fête aérostatique de 1907. 

Aérostation. 

On sait que la direction des ballons, de l’aéroplanisme et les divers problèmes d'aérostation, sont plus que jamais à l’ordre du jour.

Jamais les expériences ne se sont multipliées avec autant d'intensité que pendant ces dernières années et chaque jour, pour ainsi dire, on voit surgir un problème nouveau ou se réaliser un nouveau progrès.
 

La France semble se distinguer particulièrement dans cette lutte pour la conquête de l'air et son exemple stimule vigoureusement le zèle des autres grandes nations d'Europe. 

Voici que  M. Karl Jatho, de Hanovre, se prépare à expérimenter un appareil de son invention à la construction duquel il travaille depuis douze années. C'est une machine volante basée sur le principe du "plus lourd que l'air". 

Cette machine se compose de six voiles: une horizontale qui sert de base, une autre horizontale qui fait office de gouvernail, deux verticales fixes et deux autres verticales servant également de gouvernail. Ces voiles sont montées sur la nacelle et l’apparei1 comprend en plus une hélice. 

Un moteur de 12 chevaux actionne la machine qui est maintenue en équilibre par la voile horizontale de l'ensemble du gouvernail, qui permet en même temps à la machine de monter, de descendre, de filer de l’avant ou de reculer. La direction est assurée par les deux voiles verticales du gouvernail, lesquelles servent également pour les virages de côté. 

Un seul voyageur peut prendre place dans l’appareil, devant le moteur. Cinq roues disposées sur les côtés de la machine et pouvant basculer d'avant en arrière supportent l’ensemble de l’appareil. La voile horizontale de la base a reçu des proportions suffisantes pour pouvoir éventuellement servir au parachute, dans le cas où le moteur ne fonctionnerait pas. 

L'inventeur de cette nouvelle machine à voler compte commencer ses expériences dans quelques jours et il espère fermement pouvoir s'élever à dix ou douze mètres du sol et imprimer à l’appareil une vitesse de 70 kilomètres à l’heure.

18:30 Écrit par La Petite Louve dans Festivités | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ballon, dirigeable |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.