12/07/2008

Souvenirs d'autrefois.

La Louvière - Mercredi 16 avril 1919.

 

C'est le lundi 8 avril 1867, à 11 heures, qu'eut lieu, en présence des autorités locales, la pose de la première pierre des nouvelles écoles de La Louvière. (Il s'agit de celles de la place Maugrétout). Les membres du Conseil présents à cette cérémonie étaient: M M. Mairaux, bourgmestre. Nicaise, échevin; Fagniart, Deburges, Derbaix et Cornet, conseillers. M. le curé de La Louvière, des membres du Bureau de bienfaisance et du Conseil de fabrique, assistaient également à la cérémonie. M. le Bourgmestre, dans un discours bien senti, fit ressortir la signification de l'acte qui allait être posé et l'importance qu'il aurait pour l'avenir de La Louvière. Il revendiqua hautement pour l'Administration communale l'honneur d'avoir conçu et fait adopter le projet de travaux d'utilité publique auxquels on allait mettre la première main. Il ajouta que dans cette circonstance, le Conseil avait consciencieusement rempli son devoir et qu'il pouvait avec confiance attendre le jugement de l'opinion publique qui saurait lui rendre justice. Le procès-verbal de la pose de la première pierre signé par les assistants a été placé dans la pierre avec quelques pièces d'argent à l'effigie de Léopold II et au millésime de 1866+1867. Un banquet offert par  M. le Bourgmestre réunissait ensuite a la Maison communale, les autorités invitées. Différents toasts, dont le premier au Roi par  M. le Bourgmestre, furent vivement applaudis. 

Le 31 mars 1867, dans les fouilles que l'on effectuait pour le nivellement de la nouvelle place de La Louvière, sur la plaine de Maugrétout, la pioche des ouvriers mit à jour une quantité d'objets que l'on crût avoir été abandonnés en cet endroit par une armée romaine. Tout fait croire que César y avait voulu établir un camp et que, surpris par l'armée valeureuse des Nerviens, il dût prendre la fuite, laissant cachées sous une faible couche de terre, une partie de son matériel de guerre et d'assez fortes munitions.

 Parmi les curiosités si heureusement retrouvées, on remarque une espèce de fusil à aiguille ressemblant assez au fusil prussien qui avait joué un rôle si terrible dans les guerres d'Allemagne de l'époque. Une notice, en langue latine, renfermée dans un petit vase en verre, donnait des renseignements inédits très curieux sur le séjour des Romains dans notre pays. Plusieurs savants sont allés visiter cette intéressante collection, déposée à la Maison communale, où on pouvait la voir moyennant une rétribution de 10 centimes. Elle a dû être envoyée au Musée National d'Antiquités, à Bruxelles.

19:00 Écrit par La Petite Louve dans Equipements publics | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ecole, place, archeologie |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.