10/02/2009

Le chemin de l'Olive.

Lundi-Mardi 4-5 avril 1898.

Dans son dernier numéro, l'organe rouge de La Louvière, nous prend à partie parce que nous avons signalé le mauvais état du chemin de l'Olive, et il écrit qu'on est occupé à "empierrer, cendrer le dit chemin, depuis un mois environ". 

Il n'a, ajoute-t-il, que peu de choses à dire, c'est qu'on a réclamé en vain à l'administration doctrinaire de Haine-Saint-Paul pour l'amélioration de ce chemin et qu'elle n'a rien fait.

On a pu penser que les socialistes étaient arrivés au pouvoir avec la ferme volonté de faire mieux que leurs prédécesseurs ; ne l'ont-ils pas proclamé dans tous leurs meetings? Il en est donc de ces promesses comme de toutes celles qu'ils font : autant en emporte le vent. 

Mais il y a mieux; les socialistes en faisant empierrer le chemin de l'Olive donnent encore une preuve de leur impéritie en matière administrative car ils prouvent qu'ils ignorent que le pavage de ce chemin coûterait moins que l'empierrement. 

En effet, ce chemin ayant été décrété de grande communication, et des subsides étant promis si la commune exécute les travaux, l'Etat et la Province intervenant pour plus de 70 %, la commune aurait peu de chose à payer pour des travaux de pavage; en tout cas, pas plus qu'elle ne paiera pour ce qu'on fait actuellement. 

Le journal rouge aurait donc bien fait de suivre le dicton anglais: tourner sept fois la langue avant de parler, en cela comme en beaucoup de choses.

20:09 Écrit par La Petite Louve dans Equipements publics | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : chemin, olive |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.