28/02/2009

Les odeurs de La Louvière.

Samedi 9 août 1902.

La Commission d'hygiène, dans une de ses dernières séances, s'était occupée de ce sujet odorant, à cause de la pestilence qui se dégage de toutes les bouches d'égouts de notre commune. Cette commission avait même émis le voeu de voir édifier au haut de la Chaussée une vaste cheminée d'appel, qui aurait disséminé dans l'atmosphère, à une grande hauteur, les émanations des égouts. Rien jusqu'ici n'a été fait par notre édilité et de jour en jour de nouveaux inconvénients surgissent. C'est ainsi qu'à certains jours, tout le bas de notre commune est infesté par des odeurs qui se dégagent de l'usine à gaz, provenant, nous dit-on, des épurateurs. D'autres fois, ce sont les rues de la Loi, de Kéramis et tout le quartier des Allemands qui sont empoisonnés par des émanations provenant du cuisage de l'huile de lin, cuisage qui se répète souvent dans une de nos grandes usines. 

Il nous semble cependant que ces divers établissements pourraient bien établir des cheminées d'appel; elles sont assez importantes pour se payer cet objet utile qui débarrasserait notre commune de cette peste en quelque sorte constante. Ce serait déjà quelque chose en attendant que nos édiles fassent le reste.

21:30 Écrit par La Petite Louve dans Equipements publics | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : loi, keramis |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.