08/04/2009

Téléphone La Louvière-Mons

Jeudi 29 décembre 1898.

Un de nos assidus lecteurs nous demande de revenir à la charge pour obtenir le téléphone gratuit entre La Louvière et Mons. 

Il y a beaucoup de choses à dire à propos du téléphone: la communication La Louvière - Charleroi, d'abord. Elle est abominable; les inductions sont nombreuses sur les fils affectés à ce service et le bureau central de Charleroi présente, il faut bien le dire, quand on demande une communication, l'aspect d'un "marché aux fromages". 

On est heureux quand on peut correspondre, après quelques minutes et quand on peut terminer sans être envoyé près d'une personne, aussi ahurie que vous, de se trouver avec quelqu'un qu'elle n'a point demandé. Ce sont là de petits incidents journaliers. 

Pour la communication La Louvière - Bruxelles, par Charleroi surtout, on sait ce qu'elle vaut. Pas cher! Là aussi les inductions et les "fritures" sont tout ce qu'on peut entendre, la voix du correspondant, au milieu de cette cacophonie, ne se percevant qu'après des prodiges de patience. 

Le bureau central de Bruxelles, succursale du marché de Charleroi, coupe les communications à tort et à  travers et vous répond ensuite imperturbablement qu'il n'est pas intervenu. De la farce! 

Somme toute, nous sommes bien lotis! : 

On n'a jamais pu savoir pourquoi on ne nous accordait pas la gratuité avec Mons (encore une jolie communication!) Aussi nous engageons les intéressés: les industriels et les administrations communales de La Louvière, des Houdeng, de Morlanwelz, de La Hestre, à adresser des requêtes à M. Vandenpeereboom et à les faire appuyer. 

C'est difficile, nous le savons, de faire revenir M. Vandenpeereboom sur une décision quelconque: son entêtement est proverbial. 

Cependant, il y a tant de raisons sérieuses pour nous accorder cette si juste revendication qu'il est à espérer qu'un jour ou l'autre, si on y met de la ténacité, on finira par triompher. 

Quel motif plausible, le rond-de-cuir  qui a inspiré les réponses aux administrations communales  de Mons, de Binche, d'Estinnes et d'Haulchin, aux requêtes  faites dans ce but, a-t-il pu donner! Aucun! 

Dès lors, pourquoi notre demande n'est-elle pas bien accueillie! Mystère et administration!

19:15 Écrit par La Petite Louve dans Services publics | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : telephone |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.