18/04/2009

Services publics

Dimanche 21 décembre 1912.

Notre ville sera bientôt dotée d'un réseau téléphonique souterrain. Les diverses rues où des tranchées ont été ouvertes à cet effet, seront sous peu débarrassées de leurs vilains poteaux et des nombreux, fils qu'ils supportent. Il est regrettable que l'administration des téléphones n'ait pas entrepris en une seule fois les canalisations dans toute la ville, de façon à supprimer partout les fils aériens et leurs supports en bois peu esthétiques. Les travaux ne seront, dit-on, continués qu'après la construction du nouveau bureau des téléphones, qui sera érigé rue de la Poterie, avec la nouvelle Poste. 

Nous aurons actuellement trois nouveaux poteaux en fer, d'une hauteur de 36 mètres, comme ceux placés à Mons, Charleroi et dans les grandes villes. Ces poteaux de dispersion seront placés: l'un au coin des rues Kéramis et de la Chaussée, l'un rue du Temple et l'autre à l'intersection des rues du Parc et Hamoir. 

Par suite de l'application des nouveaux tarifs, le service téléphonique de La Louvière est appelé à prendre beaucoup d'extension. Actuellement il comprend environ 350 abonnés. Il est à présumer que le nombre sera vite doublé, lorsque la diminution des prix d'abonnement sera chose décidée - si nous en jugeons par les nombreuses questions qui nous sont précisément posées à ce sujet. 

En présence de l'importance sans cesse grandissante de notre groupe téléphonique, l'administration ne pourrait-elle activer le plus possible la construction des nouveaux bureaux au centre de la ville? 

N'y pourrait-elle créer à La Louvière un réseau distinct, avec un personnel ouvrier suffisant pour réparer rapidement les dérangements chez les abonnés? Nous avons déjà entendu plus d'une plainte quant à la lenteur de cette partie du service.

Un centre industriel comme le nôtre exige le maximum de perfectionnement et de célérité dans le service téléphonique.

19:30 Écrit par La Petite Louve dans Services publics | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : telephone |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.