06/09/2009

A la station

Samedi 29 juin 1901.

On est enfin décidé à relier téléphoniquement - ceci n'est pas encore fait - les bureaux avec les cabines Saxby de notre station. Il est inconcevable, à ce propos, qu'on ne relie pas le cabinier vers la Chaussée, par téléphone également. Redisons-le: cet agent ne peut voir ce qui se passe sur les 1ère et 2ème voies, dans la gare et ne pourrait, en aucun cas empêcher des accidents, en faisant, après la manoeuvre, un signal quelconque, au machiniste qui passe. Au surplus, il faudrait plutôt déplacer la cabine, mais c'est trop simple et on continuera les anciens errements. 

On est entrain de consolider avec du plâtre la baraque infecte qui nous sert de gare. Un jour ou l'autre, à force de renforcer cet antique fond de culotte, il passera outre! Que d'argent dépensé de façon inepte pour arriver à nous ridiculiser. Il est vrai qu'on va faire une gare monumentale à Binche et que dans les bourgs pourris des Flandres et les villages perdus des Ardennes, on se met en peine pour élever de beaux bâtiments. 

Ici - les architectes-railwaymen nous pardonneront ce petit conseil - il suffirait de reculer les voies jusqu'au canal pour construite de beaux bâtiments. Mais, c'est comme pour le passage du Hocquet, on continuera à lever et à nous ... tirer des plans. Il n'y a pas de voix à La Louvière, pour soutenir le gouvernement des tardigrades.

18:00 Écrit par La Petite Louve dans Equipements publics | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : gare |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.