18/09/2009

La gare de La Louvière (1)

Mercredi 27 février 1907.

Un nouveau projet relatif à notre infortunée gare aux voyageurs, a vu le jour. Il est simple: il se borne à démolir les bâtiments actuels pour les réédifier à l'emplacement des chantiers Van Praet. 

Une sorte de boulevard, aménagé le long du canal, permettrait aux Louviérois de se rendre à la gare sans devoir parfois faire le pied de grue aux nombreuses barrières qui obstruent si souvent la Chaussée. 

Hais ce n'est qu'un projet - et il en a tant plu ces derniers temps. Ce ne serait pourtant pas un mal si l'on nous dotait d'une gare un peu plus convenable. Les locaux actuels sont infects: le plâtre qui recouvrait le pignon est tombé, laissant les briques à nu; les murs intérieurs sont noirs, crasseux, qu'on nous permette le mot, dégoûtants.

Il est scandaleux qu'on laisse la gare de La Louvière dans un tel état. 

Notre industrie va sans cesse s'accroissant, notre population atteint le chiffre de 20500, le trafic est de plus en plus intense - et l'on fait la sourde oreille aux récriminations qui s'élèvent de toutes parts. 

Le personnel est absolument insuffisant. Il n'y a qu'un garde pour desservir les deux salles d'attente. Tous les voyageurs, qu'ils détiennent des billets de seconde ou de troisième classe, doivent passer par la salle de troisième. A certaines heures de la journée, des ouvriers flamands envahissent les deux salles, où ils se croient tout permis. Ils se couchent sur les banquettes et si par hasard une dame fait son entrée, elle est en butte à leurs propos grossiers et orduriers. 

Cela ne peut persister. On trouve des ressources pour des travaux inutiles en pays flamand. Que l'on réserve donc un peu de la manne gouvernementale au profit de la Wallonie. Ce ne sera que justice.

18:00 Écrit par La Petite Louve dans Equipements publics | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : gare |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.