05/03/2007

Nouveaux travaux à Bois-du-Luc

Houdeng-Aimeries - Bois-du-Luc

Lundi 6 mars 1905.

 

Dans l 'agglomération de Bois-du-Luc a Houdeng-Aimeries, une série de travaux vont être exécutés. La Société charbonnière abrite elle-même une grande partie de son personnel dans trois

cent maisons environ, bâties au centre de divers puits.

 

Deux nouveaux puits ont été créés récemment sur la commune de Trivières, et la Société se dispose à construire, à proximité de ce nouveau siège, une cité ouvrière qui comprendra autant d'habitations que celle déjà existante. On commencera cette année par la construction de dix maisons, qui seront établies en style moderne, selon le système anglais.

 

031BDL_GRAND_PLACE~1

La place de Bois-du-Luc, au centre des carrés d'habitations.

 

La nouvelle église, oeuvre de M. l'architecte Sonneville, de Tournai, sera terminée en juillet.  L'édifice offrira cette particularité que la sacristie sera en crypte au-dessous du choeur. A l'intérieur, un magnifique triforium a embellira la nef principale, dont les colonnes seront en fonte. L'éclairage se fera par l'électricité. La Commission Royale des Monuments vient d'approuver les plans et devis du mobilier du nouveau temple. L'adjudication, qui aura lieu prochainement, s'élèvera à la somme de 46000 francs, y compris une grille intérieure en fer forgé.

 

L'hospice de Bois-du-Luc, va s'annexer un hôpital, dont les plans viennent d'être exécutés par M. l'architecte Nicolas Pourbaix, de Bruxelles. La nouvelle construction, très bien conçue, nécessitera une dépense de 70.000 francs.

19:45 Écrit par La Petite Louve dans Charbonnages | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

04/03/2007

Une nouvelle cité ouvrière.

Houdeng-Aimeries - Bois-du-Luc

Vendredi 15 avril 1904.

 

La société de Bois-du-Luc se dispose, en outre, à faire construire une vaste cité ouvrière entre les nouvelles fosses et le village de Trivières.

 

La cité à créer comprendra 250 habitations ouvrières, construites en style moderne selon le système anglais.

21:30 Écrit par La Petite Louve dans Charbonnages | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les nouveaux puits d'extraction du Quesnoy.

Houdeng-Aimeries - Bois-du-Luc

Vendredi 15 avril 1904.

 

Les deux nouveaux puits d'extraction que la Société charbonnière de Bois-du-Luc a fait creuser au hameau du Quesnoy, à Trivières, coûteront plus de 4 millions. Ce sont les plus considérables construits jusqu'ici.

 

Les bâtiments, entièrement incombustibles, ont 135 mètres de longueur, 17 mètres de hauteur et 14 mètres de largeur intérieure.

 

Le siège sera outillé pour occuper 1000 à 1200 ouvriers. Les deux puits auront une profondeur de 800 mètres environ.

 

L'extraction vient de commencer respectivement à 440 mètres et 516 mètres de profondeur, à chacun des puits, dans la série des couches demi-grasses (13 à 16 p.c. de matières volatiles).

 

Toutes les installations fonctionneront par l'électricité. Les turbines à vapeur de 400 chevaux vont être mises en marche et produiront l'énergie électrique pour les ventilateurs souterrains et les différents moteurs de la surface, à l'exception  des  machines  d'extraction et des pompes

alimentaires mues par la vapeur.

 

Le triage, complètement en fer, sortira des Ateliers Nicaise et Delcuve, à La Louvière.

 

025ABDL_BUREAUX_DU_CHARBONN~1

Les carrés d'habitations et l'entrée des bureaux et ateliers des charbonnages de Bois-du-Luc.

20:30 Écrit par La Petite Louve dans Charbonnages | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

03/03/2007

Visite du Prince Albert.

Houdeng-Aimeries - Bois-du-Luc

20 février 1904

 

Les habitants des Houdeng et de Bois-du-Luc ont été très étonnés ce matin d'apprendre que le Prince Albert de Belgique descendrait aujourd'hui à la gare du Centre. La chose avait été tenue secrète.

 

Le prince est arrivé en gare à 1h.45. Son wagon - une voiture de deuxième classe - avait été attaché au train Bruxelles-Chimay. Notre futur Souverain, qui était vêtu d'un complet anglais (gris-noir), coiffé d'un chapeau boule, le binocle à l'oeil, était accompagné de son officier d'ordonnance, le colonel Jungbluth, de M. le baron Raoul de Sars, gouverneur du Hainaut, et de deux hauts fonctionnaires de l'administration des chemins de fer.

 

Sur le quai se trouvaient: MM. Houtart, bourgmestre de Houdeng-Goegnies; Degueldre, directeur général des Charbonnages de Bois-du-Luc; le marquis de Wavrin-Villers, président du Conseil d'administration des Charbonnages et Lenglez, chef de gare.

 

Après les présentations d'usage, le prince est sorti par la salle d'attente de première classe. Deux voitures du charbonnage attendaient. Le prince et sa suite y ont pris place et elles sont parties au galop vers Bois-du-Luc.

 

029ABDL_ENTREE_BUREAUX~1

Entrée des bureaux du charbonnage de Bois-du-Luc.

 

Une centaine de personnes environ se trouvait à la gare. Aucune manifestation ne s'est produite. Le service d'ordre était fait par la police locale.

 

Toutes les maisons échelonnées le long de la chaussée de Bois-du-Luc, ainsi que celles des "carrés" étaient pavoisées aux couleurs nationales. L'habitation de MM. Degueldre et Demeurs, ingénieur, avait reçu une décoration spéciale. Le drapeau tricolore se mariait à l'étendard de ' l'Etat indépendant du Congo.

 

Le prince est entré chez le Directeur, où il est resté quinze minutes. On lui a présenté les membres du Conseil d'administration.

 

Tout le monde a pris place ensuite sur le tram particulier du charbonnage, qui a conduit le royal visiteur aux nouveaux puits du Quesnoy, objet de sa visite. Le prince a parcouru les remarquables installations du Quesnoy, et s'est fait expliquer par le menu les rouages des machines.

 

3 heures 15.- Le prince visite en ce moment le Quesnoy. On lui a présenté les ouvriers du charbonnage qui recevront cette année la décoration. Voici leurs noms: Lequime Antoine; Fiévez Augustin; Carlier Clément; Remarc Pierre-Joseph ; Pignez François; Surlereau Evariste; Malbrecq Benoit; Barbier Jean-Baptiste; Nachtergael Victor et Stienne Agénor.

 

Le doyen des décorés, Lequirae Antoine, a prononcé un discours. Lequime qui est âgé de 80 ans, est occupé au charbonnage depuis 55 ans et il travaille toujours.

 

4 heures.- La voiture dans laquelle se trouvait le prince a été garée à Haine-Saint-Pierre. Elle sera attachée tantôt au train de Chimay-Bruxelles qui passe à Houdeng à 4h.24.

 

Ajoutons que le train était conduit par un machiniste instructeur et par un chef garde contrôleur.

 

Pour faciliter la descente du prince à l'arrivée, des manoeuvres ont été opérées.

 

A Bois-du-Luc comme à Houdeng-Goegnies, aucune manifestation ne s'est produite. Tout le personnel, d'ailleurs, était à son poste. Il y avait peu de monde sur le passage du prince.

 

Rappelons que Léopold 1er vint à Bois-du-Luc il y a plus de cinquante ans. Il entra dans une des maisons de la cité ouvrière. Une plaque commémorative en marque encore l'entrée.

19:30 Écrit par La Petite Louve dans Charbonnages | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Le puits du Quesnoy.

Houdeng-Aimeries - Bois-du-Luc

Vendredi 11 octobre 1901.

 

Très prochainement, le 20 courant probablement, on inaugurera le nouveau puits du Quesnoy, dépendant des charbonnages de Bois-du-Luc, construit sur le territoire de Trivières; le puits, on le sait, réunit toutes les perfections modernes.

 

L'électricité entre autres y est installée et un service vicinal fonctionne expressément pour transporter le personnel de la cité ouvrière au siège de la nouvelle fosse. A l'occasion de cette cérémonie, de grandes fêtes seront organisées, concerts, banquet, visite de M. Surmont de Volsberghe, ministre du travail et de l'évêque de Tournai; MM. les sénateurs Boël, Hubert et Vandevelde y assisteront également, ainsi que le corps des mines de Mons. M. le Ministre arrivera par train spécial à 11 heures du matin à Bois-du-Luc, d'où son wagon sera dirigé sur Trivières par la voie particulière du Charbonnage. Il repartira à 4 h. 24 à la gare de Houdeng-Goegnies. Ainsi qu'on le voit, Bois-du-Luc, comme de coutume, se dispose à bien faire les choses.

 

041BDL_PANORAMA~1

Vue générale du charbonnage et des quartiers d'habitations de Bois-du-Luc.

17:30 Écrit par La Petite Louve dans Charbonnages | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

02/03/2007

Création de la rue du Quinconce.

Houdeng-Aimeries - Bois-du-Luc

Dimanche 16 juin 1901.

 

Qu'en est-il de la rue du Quinconce, décidée par l'Administration communale de notre localité, moins les socialistes, qui prétendent que ce chemin n'est pas nécessaire. L'épave collectiviste du Conseil, stylée par notre "beau z'oiseau", est convaincue du contraire; elle sait que cette route est nécessaire et rendra de réels services, à la gent ouvrière de Bois-du-Luc surtout. Nos socios ne voient ici que le mesquin esprit de contradiction qui les guide et qu'ils ne peuvent justifier; en second lieu, il s'agit de Bois-du-Luc et nos partisans de l'union libre n'ont jamais vu d'un fort bon oeil la Société des charbonnages. Nous ne savons pourquoi ....

 

Toujours est-il que la Députation permanente n'est pas de l'avis de nos socialeux, car elle vient d'approuver la construction de la rue du Quinconce et, incessamment, un arrêté royal paraîtra au "Moniteur".

 

On procédera alors à l'adjudication première: le terrassement, travail gigantesque s'il en fut: les nombreuses personnes étrangères qui se sont rendues à Bois-du-Luc les jours de fête, par le casse-cou qui constitue la route actuelle, en savent quelque chose.

 

Ces travaux coûteront environ 100.000 francs, dans lesquels interviendront, le Gouvernement, la Province et la Commune.

 

042BDL_HOPITAL_ET_HOSPICE~1

La rue du Quinconce, montant vers l'hôpital et l'hospice.

18:45 Écrit par La Petite Louve dans Charbonnages | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : voirie |  Facebook |

01/03/2007

Le charbonnage de Bois-du-Luc.

Houdeng-Aimeries - Bois-du-Luc

Samedi 12 janvier 1901.

 

La Société de Bois-du-Luc exploite les concessions de Bois-du-Luc et d'Havre.

 

La première, sous les communes de Houdeng-Goegnies, Houdeng-Aimeries et Trivières, est d'une superficie approximative de 2.500 hectares; la seconde, sur les territoires d'Havré, Obourg et Saint-Denis, ont une étendue de 3.000 hectares environ, la moitié peut être considérée comme stérile.

 

Bois-du-Luc occupe 1900 ouvriers, Havré 1200.

 

040BDL_PANORAMA~1

Panorama de Bois-du-Luc avec son charbonnage et ses carrés d'habitations.

 

Bois-du-Luc a quatre sièges d'extraction en activité, et ce, non compris les deux sièges en creusement sur Trivières, dont nous parlerons plus loin; Havre a deux sièges. A chacune des sections, un puits est exclusivement affecté à l'extraction et à la ventilation. Bois-du-Luc est, en ce moment, le seul charbonnage du Centre qui ait conservé son ancienne forme sociale de société civile. Ses statuts remontent à 1885. Les parts sociales se subdivisent à l'infini et chaque mutation donne lieu à des difficultés et à des frais d'actes authentiques qui s'aggravent d'année en année. Il serait plus que temps que la Société de Bois-du-Luc, à l'exemple de ses voisines, se décidât à mettre sa forme sociale plus en rapport avec les conceptions modernes: l'intérêt bien entendu des associés le commande et la sainte routine, à elle seule, ne peut guère justifier le maintien d'une forme aussi incommode et aussi surannée du pacte social.

 

Actuellement, le conseil des administrateurs constitue toute l'assemblée générale. Il se compose de 10 personnes possédant ou représentant au moins 1/20 de l'avoir social. Le comité d'Administration du conseil des régisseurs est formé de cinq membres. Ce sont actuellement: MM. Ch. De Prelle de la Nieppe, avocat-général à Bruxelles; marquis de Wavrin-Villers, à Ronsele; notaire Du Pon, à Molenbeek; Fernand Lefèbvre, à Bruxelles; comte de Goussancourt, à Obourg.

 

Le directeur général de la Société est M. Orner Degueldre, à l'énergie et à la science de qui sont dus les progrès considérables réalisés par la société depuis quelques années.

 

07011BDL_CHATEAU~1

Le château de Bois-du-Luc, résidence du Directeur général du charbonnage.

 

Les charbons de Bois-du-Luc sont propres à tous usages domestiques et industriels. L'extraction annuelle moyenne des deux sections est de 540.000 tonnes.

 

Les fours à coke, du système Solvay, sont au nombre de 206, donnant une production annuelle de 240.000 tonnes. Les sous produits de la fabrication du coke sont recueillis: goudrons, eaux ammoniacales, huiles légères, etc. et permettent la fabrication du sulfate d'ammoniaque, des benzines, etc.

 

Depuis 60 années, époque où remontent nos recherches, la moyenne des dividendes répartis entre les actionnaires ont été de un million par an: et c'est sur les bénéfices, qu'ont été prélevées les sommes nécessaires aux installations nouvelles, notamment des sièges d'Havre. C'est également sur les bénéfices, que sont prélevés les capitaux considérables, qui sont absorbés par les nouveaux puits de Trivières.

 

Deux mots sur ces derniers: les deux puits actuellement en creusement, ont chacun un diamètre intérieur de 4m.10; le cuvelage en fonte est d'une longueur de 200 m. et pèse, pour chaque puits, 1350 tonnes. C'est, comme nous l'avons dit précédemment, la fonderie spéciale de la Société de Strépy-Bracquegnies, qui s'est chargée de ce travail.

 

554BDL_CHARBONNAGE_DU_BOIS_~1

Les charbonnages de Bois-du-Luc.

 

Grâce à l'énergie du Directeur, grâce aussi à un procédé nouveau de fonçage et de dragage, dont M. Degueldre est l'inventeur, les travaux ont marché avec une rapidité inouïe. Les travaux sont commencés depuis moins de 2 ans, et les puits, entre les étages de 600 et de 1000 mètres, seront mis en exploitation en 1903.

 

A l'heure actuelle, le cours des prix de vente de parts sociales, fait reporter à 30 millions, la valeur des Charbonnages. Cette évaluation est modérée, si l'on tient compte, tant du présent que de l'avenir de la Société.

 

La Société de Bois-du-Luc s'est préoccupée du bien-être matériel et intellectuel de sa population ouvrière. Elle possède 300 maisons, dont 250 en cité, avec parc, distribution d'eau, et bientôt éclairage électrique. Elle a, à ses frais, créé des écoles gardiennes, primaires et ménagères, auxquelles 8 instituteurs et institutrices sont attachés; sans parler de ses écoles de musique, pépinière d'artistes, où se recrutent les membres exécutants de sa fanfare.

 

182BDL_PLACE~1

Vue depuis l'étage du château de Bois-du-Luc sur la place et les carrés d'habitations; à l'arrière-plan, on aperçoit l'hôpital.

 

Enfin, aux vieux ouvriers, aux malades et aux blessés, elle ouvre les portes d'un hospice, donnant en ce moment, asile à 40 pauvres, anciens ouvriers, non compris les malades et les blessés; c'est à la générosité de deux anciens actionnaires de la Société, MM. Plunkett de Rathmore, qu'est due la création de cette utile institution.

 

Bref, Bois-du-Luc est l'une des concessions les plus riches et les plus prospère du bassin du Centre, et il est regrettable que sa forme surannée, ne la rende guère accessible au grand public de la Bourse.

 

06003BDL_LES_CARRES_1908~1

Les carrés d'habitations de Bois-du-Luc en 1908.

20:30 Écrit par La Petite Louve dans Charbonnages | Lien permanent | Commentaires (15) |  Facebook |