08/09/2008

Au marché.

La Louvière - Mercredi 11 janvier 1928.  Communiqué de 1 'Administration communale: 

Le transfert d'une certaine partie du marché de Maugrétout à la place Communale s'effectuera le lundi 16 courant. A cette date, les marchands de poisson, beurre, oeufs, fromage et volailles, devront prendre possession de leur nouvel emplacement. Cette décision n'est pas sans provoquer parmi eux un certain mécontentement, bien compréhensible d'ailleurs. Ils craignent que ce changement ait une répercussion fâcheuse sur leurs affaires. Les mêmes craintes ont été formulées quand, de la place des Martyrs, les marchands de légumes et denrées alimentaires, furent invités à venir s'établir à Maugrétout. Aujourd'hui, ce marché est prospère et particulièrement bien achalandé. Il en sera de même pour la place Communale, avec un peu de bonne volonté et de persévérance.

18:45 Écrit par La Petite Louve dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : marche |  Facebook |

03/08/2008

La foire aux chevaux.

La Louvière - Vendredi 6 juin 1925.

 

Voici des notes d'une "compétence" et qui viennent compléter l'articulet publié ici dans notre précédent numéro au sujet des foires aux chevaux de La Louvière.Les foires furent organisées à La Louvière par un groupe d'hommes d'action - ils étaient seize à la formation de la Société - à la tête desquels se trouvaient M M. Clément Dambot, Félicien Waucquez, Alexandre Spitaels, Jules Désirant, Benoît Harpignies, Nicolas Lecrinier, Jules Collard, Lucien Thirion et Maximilien Varlez. La première réunion eut lieu le 4 avril 1884, chez Spitaels, place Maugrétout. Le règlement de la Société fut élaboré le 17 mai; le premier président,  M. Dambot, eut comme second  M. Waucquez; secrétaire, Désirant; trésorier, Spitaels; et cinq commissaires.La foire mensuelle aux chevaux et bestiaux avait lieu à cette époque le 14 de chaque mois; la première se tint le 14 avril 1885, mais à partir- du 30 octobre de cette même année, elle fut reportée au dernier lundi de chaque mois. Du 22 août au 5 septembre 1886, la Société organisa une exposition agricole et horticole à l'école moyenne des garçons. Malgré la non-intervention financière de l'Administration communale de ce temps, elle se solda par un boni de 992fr.90 et fut un succès inespéré. La Commission communale des foires créa alors la foire annuelle aux spectacles et marchands forains. La première eut lieu le 28 août 1887, mais en 1888, la Commission reconnut la nécessité de la mettre définitivement au mois de novembre, date conservée jusqu'à ce jour. En 1893, elle organisa une exposition du travail, à laquelle toutes les industries du Centre participèrent. Cette exposition eut un succès éclatant. L'activité de la Commission communale des foires se manifesta dans tous les domaines susceptibles d'aider au développement du commerce de notre belle cité. C'est ainsi qu'elle créa le bal populaire du lundi de la Mi-Carême; elle s'occupa de la mise en train du marché de Maugrétout; elle organisa des luttes au jeu de balle; elle prit une part active à l'inauguration de la statue Mairaux en 1896 et à celle de l'inauguration du local de la Justice de Paix en 1900.

19:15 Écrit par La Petite Louve dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cheval, foire |  Facebook |

30/07/2008

La foire aux chevaux.

La Louvière - Dimanche-Lundi 31 mai -1er juin 1925.

 

Sait-on que cette foire a été créée en vertu d'une délibération du Conseil communal, datant du 28 février 1885. Elle a été réorganisée le 22 juin 1922 et, de la place Maugrétout, transférée place Communale. Au commencement de 1884, un Comité de négociants et de propriétaires eut l'initiative d'un mouvement visant à la création d'une foire au quartier Maugrétout. L'Administration communale, à son tour, prit à coeur l'oeuvre naissante et décréta, le 8 février 1885, l'établissement d'un marché aux chevaux, bestiaux et ustensiles aratoires à tenir mensuellement. La foire eut lieu pour la première fois le 14 avril 1885, avec un succès qui dépassa toutes les espérances. Voici d'ailleurs le bulletin de cette foire: Première catégorie: chevaux, 486 bêtes; deuxième catégorie: boeufs et vaches, 192; troisième catégorie: ânes, mulets, veaux, moutons, chèvres et porcs, 310; quatrième catégorie: instruments aratoires, très nombreux et de très nouveaux systèmes. On a, depuis reporté la date au dernier lundi de chaque mois.

19:15 Écrit par La Petite Louve dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : chevaux, foire |  Facebook |

30/06/2008

Les accoucheuses.

La Louvière - Samedi 1er février 1913.

Les accoucheuses de La Louvière, Haine-Saint-Pierre, Haine-Saint-Paul et les environs avertissent leur clientèle qu'à partir du 1er février 1913, elle aura à se soumettre au tarif suivant: classe ouvrière, 15 francs; classe moyenne, 25 francs; classe aisée, 50 francs.

 32012A [Web520]
Bain de nourrisson à l'Ecole provinciale pour infirmières . Ces prix comprennent les soins donnés pendant l'accouchement et une dizaine de visites. Ils constituent un minimum et s'entendent pour un accouchement simple et normal. Des suppléments seront de droit dans les cas difficiles, prolongés, de soins spéciaux et de visites supplémentaires. Chaque visite supplémentaire sera taxée à un franc minimum.

18:30 Écrit par La Petite Louve dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : accoucheuses |  Facebook |

26/06/2008

Les bières belges

La Louvière - Dimanche 29 décembre 1912. UNE NOUVELLE FABRICATION REGIONALE. La Bière est le breuvage cher à tous les Belges. C'est véritablement la boisson nationale. Cette prédilection pour la bonne bière s'explique aisément et votre docteur, si vous l'interrogez, vous dira qu'elle constitue, en effet, la boisson par excellence lorsqu'elle est bien préparée. Auxiliaire puissant de la digestion, la bière bien faite facilite l'assimilation des aliments même chez les délicats et les dyspeptiques. 0001 Brasseries du centre 

En-tête de lettre de la Brasserie du Centre en 1913.

 Pour arriver à une fabrication supérieure et pouvoir offrir une nouvelle bière avant toutes les qualités de la fermentation basse sans en avoir les inconvénients, la Brasserie du Centre, 22, rue Neuve, La Louvière, vient de faire venir de Londres, et cela à grands frais, un outillage complet et tout spécial. Elle est la première à utiliser, dans la région, les appareils et brevets anglais Pontifex, qui donneront le "BOCK MOUSSE", bière délicieuse, translucide, d'une forte densité en même temps que pure, hygiénique et digestive. Aussi, la vaillante population du Centre, tant bourgeoise qu'ouvrière, appréciera à sa juste valeur le "BOCK MOUSSE"; toute sa faveur sera pour cette bonne bière, qui remplacera avantageusement les bières étrangères. Le "BOCK MOUSSE" sera vendu en fûts et en bouteilles. Son prix est relativement peu élevé. La bouteille se paiera à 0fr.25 centimes et les fûts spéciaux de 50 litres, 12fr.50. Adresser les commandes par correspondance à la "Brasserie du Centre", La Louvière, ou par téléphone numéro 189.

10:45 Écrit par La Petite Louve dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : biere |  Facebook |

22/06/2008

La vie chère.

La Louvière - Samedi 2 septembre 1911.

  

Les manifestations ont continué jeudi soir dans tous les quartiers de La Louvière. Des femmes armées de bâtons, sont allées stationner en face de la demeure des fermiers et des laitiers, empêchant les clients d'entrer ou sabotant les marchandises de celles qui sortaient. Au quartier du Hocquet, des bagarres se sont produites. Un groupe de femmes était précédé d'une grosse caisse et d'un tambour. Vendredi matin, les scènes de la veille se sont renouvelées. De nombreux laitiers ne sont plus sortis et les Louviérois qui ont voulu blanchir leur café ont dû, grâce à des ruses d'apaches, faire prendre leur lait dans les fermes. Certaines de celles-ci sont gardées par la gendarmerie. Vers 10 heures du matin, un cortège de femmes est remonté la rue Hamoir et aurait fait un mauvais parti à une charrette de laitier sans la présence de gendarmes et de policiers. Cesfemmes, qui ne le prenaient pas trop au tragique, ont alors posé devant... l'objectif. Ce groupe ne sera pas... laid, il sera en tous cas pittoresque.

10:30 Écrit par La Petite Louve dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : prix, lait |  Facebook |

20/06/2008

Le prix du lait.

La Louvière - Jeudi 21 août 1911.

  Une manifestation contre le prix du lait.Les ménagères barrent la route aux laitières.La police et la gendarmerie interviennent.

 

Le mouvement des ménagères contre l'augmentation du prix des produits alimentaires nous apporte chaque jour de nouvelles surprises. Mercredi matin, c'est contre le prix du lait que nos "cordons bleus" ont protesté. Une grande partie des émules de Perrette qui alimentent La Louvière en lait nous viennent de Saint-Vaast et de Trivières, et, pour entrer en ville, elles doivent nécessairement emprunter le pont de Bouvy. Dès six heures du matin, ce pont est gardé par des femmes qui ferment le passage aux équipages de laitières. A 7 heures, une "viole" est requise et aux accents de ses accords ultra harmonieux, les ménagères, en ce moment plus de quatre cents, dansent un gigantesque cramignon. Le spectacle est des plus pittoresque. Un drapeau rouge a été amené et une dizaine de femmes brandissent des pancartes clamant leurs revendications. L'un d'elles représente une charrette de laitier; un agent de police a pris le cheval par la bride; et en dessous cette devise: "Halte-là! Le lait à dix centimes!" Cette pancarte, plus tard, a été saisie par la police. Des laitières peuvent toutefois passer, mais elles sont suivies par les ménagères qui ne cessent de crier: "Le lait à dix centimes!" Et Perrette doit finalement s'y résoudre. En arrivant sur le pont, un marchand de lait a fait demi-tour et est reparti avec son lait. D'autres, prévenus sans doute, n'ont pas osé venir. Et voilà pourquoi de nombreux Louviérois ont dû prendre aujourd'hui leur café noir. La police et la gendarmerie sont intervenues. Mais les femmes se proposent de recommencer demain matin pour obtenir satisfaction complète. Puis elles iront au marché manifester en faveur de la diminution du prix de la viande. Cette révolution féminine en miniature provoque dans tout le Centre un vif émoi.

10:30 Écrit par La Petite Louve dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : prix, lait |  Facebook |