20/02/2009

Pavage

Mercredi 21 novembre 1900.

Un important travail de pavage va être exécuté par l'Etat au commencement de l'année prochaine au centre de notre ville. Il s'agit du renouvellement en pavés de grès du pavage de la grand'route de Soignies à Mariemont (rue de la Chaussée ) entre le passage à niveau de l'Etat et la place des Martyrs. 

L'adjudication publique des travaux aura lieu dans le courant de l'hiver. Le devis estimatif dépassera les 100.000 francs.

18:15 Écrit par La Petite Louve dans Equipements publics | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rue, chaussee, pavage |  Facebook |

18/02/2009

Plainte à la rue du Moulin.

Jeudi 5 avril 1900.

Des habitants de la rue du Moulin se plaignent, non sans raison, de l'infection que répandent les égouts de cette rue. 

Il y a notamment, en face de là rue de l'Amitié, un fossé à ciel ouvert qui exhale une puanteur insupportable et deviendra, pendant les chaleurs, un foyer pestilentiel des plus dangereux.

21:15 Écrit par La Petite Louve dans Equipements publics | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rue, moulin |  Facebook |

16/02/2009

Rues de la Flache et du Moulin.

Mercredi 21 février 1900.

Les habitants de ces deux rues se plaignent amèrement de l'état infect dans lequel on laisse ces voies de communication. L'échevin compétent est venu, lundi, rue de la Flache, sur les lieux, et a promis de faire placer des cendrées sur les détritus de toutes sortes qu'on y dépose constamment; au lieu des cendrées annoncées, ce matin, on a encore déchargé d'autres détritus, et le cloaque n'a fait que croître et embellir. Rue du Moulin, les caves sont inondées, parce que cette rue est dépourvue d'égouts, alors que celui-ci est établi à 300 mètres de là, en face de la brasserie. 

Les intéressés écrivent qu'ils sont décidés à s'adresser en haut lieu, si les édiles continuent à faire la sourde oreille.

257LL_RUE_DU_MOULIN [Web520]

18:15 Écrit par La Petite Louve dans Equipements publics | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rue, moulin |  Facebook |

14/02/2009

L'éclairage public

Samedi 13 janvier 1900.

Depuis les 1er janvier 1895, la commune de La Louvière, pour répondre au voeu unanime des habitants, avait décrété l'éclairage public permanent; non seulement, on éclairait tous les jours de l'année, mais l'éclairage se prolongeait jusqu'à l'aube. 

Actuellement, l'Administration communale, dans un but d'économie mal entendue, supprime complètement l'éclairage pendant 7 nuits, prétendument éclairées par la lune, et elle fait encore cesser l'éclairage pendant 4 autres nuits à partir de 11 heures 1/2. 

Nous sommes donc revenus au beau régime qui existait avant 1895: l'éclairage public intermittent. Or, chacun le sait, la lune brille par son absence chaque fois que le ciel est brumeux, et il l'est souvent. 

Le régime qu'on fait renaître n'est pas pour déplaire aux longues-pennes dont les exploits sont signalés de nouveau dans la région. 

Hier, première nuit de lune officielle, il ne faisait pas clair et les habitants étonnés se demandaient si le charbon manquait au Gazomètre. Ils apprendront avec un réel déplaisir que cet état de choses va perdurer. 

Depuis quelques années que l'éclairage public fonctionnait toutes les nuits et toute la nuit, les habitants vivaient dans une parfaite quiétude, chaque lanterne faisant l'office d'un garde de nuit. 

Actuellement, il n'en est plus ainsi.

18:15 Écrit par La Petite Louve dans Equipements publics | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : eclairage |  Facebook |

12/02/2009

L'inauguration du parc.

Mercredi 7 septembre 1898.

C'est par un temps splendide qu'a eu lieu dimanche l'inauguration du Parc de La Louvière. 

A deux heures et demie les sociétés participantes, l'Harmonie, les Choeurs de Kéramis, l'Harmonie Ouvrière, l'Emulation et les Fanfares de Kéramis, étaient réunies à l'Hôtel de Ville, où elles ont été reçues par M. le Bourgmestre Gilson, assisté de M. l'Echevin Selvais, MM. Diffloth, président du comité organisateur, et Fernand Debaise, président de la Jeunesse, étaient présents. 

Après que le vin d'honneur eût été offert aux membres des sociétés, on s'est remis en marche et à 3 heures ½, on arrivait au Parc. 

10031LL_ENTREE_DU_PARC10 [Web520]

Celui-ci offrait à ce moment le plus riant aspect; aux abords, sur tous les chemins, il y avait foule de promeneurs. Bientôt, le Parc était rempli par des cohues de visiteurs, et tout autour du kiosque s'installaient les dames, dont les toilettes claires, dans ce décor de verdure, présentait un coup d'oei1 charmant. 

M. l'architecte Gaudier, de Houdeng, a tiré le meilleur parti possible du terrain mis à sa disposition; certes le parc est spacieux mais arrangé comme l'a su faire M. Gaudier, il paraît plus grand encore, et il constitue un délicieux endroit pour aller au bon de l'air, prendre quelque repos.  

Le panorama qu'on découvre de là, vers Baume, Longtain, est splendide, on ne pouvait mieux choisir. D'autre part, on a élevé partout de nombreuses et coquettes habitations, et à cette occasion, rappelons que la Maison-Tombola, de la Société des Anciens Militaires du Centre est construite dans ce quartier. Quand la nouvelle artère - dont l'ouverture a été décrétée il y a quelque temps par nos édiles - sera établie, ce sera parfait. 

On sait que le terrain du Parc qui compte plus de 500 mètres de magnifiques avenues bordées déjà de belles pelouses, a été cède gracieusement par M. Raoul Warocqué, qui a également fait don des terrains nécessaires a l'établissement des chemins adjacents. 

Ce furent ensuite les prestations des différentes fanfares et il était sept heures quand cette partie de la fête a été terminée. 

328LL_PARC_KIOSQUE [Web520]

A 8 heures et demie, le bal s'ouvrait. 

Le Parc à ce moment, envahi par des cohues, était illuminé et présentait un aspect absolument féerique. Les lueurs des feux qu'on allumait par intermittence, se reflétaient sur les murs du couvent, donnant à ce beau coin de La Louvière, un aspect tout à fait original et d'une réel le beauté par la magnifique soirée dont nous étions gratifiés. 

Illumination superbe, répétons-le, et qui vue, à quelque distance, semblait plus belle encore. 

Ce qu'on a dansé, il est bien inutile de le dire. Si les musiciens, en notre gaie cité, ne se lassent guère, les danseurs et surtout les aimables danseuses, ont tout autant d'intrépidité, et la fête ne s'est terminée que fort tard dans la nuit.

Ajoutons que toutes les maisons du quartier étaient pavoisées: chaque habitation avait son drapeau, et le soir, chaque façade était éclairée de lanternes vénitiennes.

18:45 Écrit par La Petite Louve dans Equipements publics | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : parc |  Facebook |

10/02/2009

Le chemin de l'Olive.

Lundi-Mardi 4-5 avril 1898.

Dans son dernier numéro, l'organe rouge de La Louvière, nous prend à partie parce que nous avons signalé le mauvais état du chemin de l'Olive, et il écrit qu'on est occupé à "empierrer, cendrer le dit chemin, depuis un mois environ". 

Il n'a, ajoute-t-il, que peu de choses à dire, c'est qu'on a réclamé en vain à l'administration doctrinaire de Haine-Saint-Paul pour l'amélioration de ce chemin et qu'elle n'a rien fait.

On a pu penser que les socialistes étaient arrivés au pouvoir avec la ferme volonté de faire mieux que leurs prédécesseurs ; ne l'ont-ils pas proclamé dans tous leurs meetings? Il en est donc de ces promesses comme de toutes celles qu'ils font : autant en emporte le vent. 

Mais il y a mieux; les socialistes en faisant empierrer le chemin de l'Olive donnent encore une preuve de leur impéritie en matière administrative car ils prouvent qu'ils ignorent que le pavage de ce chemin coûterait moins que l'empierrement. 

En effet, ce chemin ayant été décrété de grande communication, et des subsides étant promis si la commune exécute les travaux, l'Etat et la Province intervenant pour plus de 70 %, la commune aurait peu de chose à payer pour des travaux de pavage; en tout cas, pas plus qu'elle ne paiera pour ce qu'on fait actuellement. 

Le journal rouge aurait donc bien fait de suivre le dicton anglais: tourner sept fois la langue avant de parler, en cela comme en beaucoup de choses.

20:09 Écrit par La Petite Louve dans Equipements publics | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : chemin, olive |  Facebook |

28/10/2008

Suppression du passage à niveau de la rue de l'Abattoir.

La Louvière - Jeudi 21 août 1937.

 

Le passage à niveau gardé de la rue de l'Abattoir, sur la ligne Mons - Manage, est à la veille d'être supprimé. Il sera remplacé, à partir du 14 novembre prochain, par des signaux lumineux et des sonneries qui fonctionneront à l'approche des convois. Les barrières, vont être supprimées, et les piétons, les attelages et les petits enfants de la Barette fréquentant les écoles voisines n'auront plus qu'à ouvrir l'oeil. Cette innovation n'est pas sans présenter des dangers.

19:45 Écrit par La Petite Louve dans Equipements publics | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : voirie |  Facebook |