14/06/2007

Petite fête ce soir.

Houdeng-Goegnies - Lundi - Mardi 21-22 juin 1909.

 

Petite fête ce soir à l'occasion de la pose de la première pierre de la Maison Libérale.

 

Ce bâtiment sera en même temps le local des fanfares. Le corps de musique est convoqué pour 7 heures du soir, il conduira les membres souscripteurs près des fondations.

 077HG_PLACE_EGLISE_MAISON_L~1

La maison libérale édifiée à côté de la nouvelle église, sur la place de Houdeng-Goegnies.

 

M. le Président prendra la parole vers 8 heures et la pose de la première pierre aura lieu aussitôt après au son de l'air des gueux: ce sera assez original, mais on ne saurait trop louanger le beau geste des libéraux de Houdeng-Goegnies, qui bâtissent de leurs deniers un vaste local où ils réuniront leurs diverses oeuvres.

 

Après  Morlanwelz, ce sera Houdeng! Bravo.

17:45 Écrit par La Petite Louve dans Festivités | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : maison liberale |  Facebook |

25/03/2007

Kermesse aux boudins.

Houdeng-Goegnies - Vendredi 5 décembre 1913.

 

En entrant dans un café, un avis de couleur jaune, barré de rouge, portant à la partie supérieure un porc grassouillet! Serait-ce par hasard la nouvelle enseigne de la maison? Je lis et je constate que c'était l'annonce de la fameuse kermesse aux boudins que donne, chaque année, le camarade Zenon Delcuve, du Café des Arcades, les 24 et 25 décembre (Noël). Il expose 1.000 succulents boudins au jeu de piquet, de mariage, de billard et de picot. Quelle série de mots suggestifs? Si l'on joue deux contre deux, l'enjeu est de 6 boudins: 4 pour les gagnants, 2 pour les perdants; si l'on est un contre un, le gain diminue de moitié.

 

C'est la cinquième année que cette réjouissance est organisée et elle obtient toujours un gros succès! Il est vrai que l’ami Zenon est des plus connus: en outre, il a de bonnes consommations !

 

On ira le voir aux 24 et 25 décembre 1913.

17:45 Écrit par La Petite Louve dans Festivités | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : kermesse |  Facebook |

28/02/2007

La Ducasse du Bosquet.

Houdeng-Aimeries - Bois-du-Luc

Dimanche 18 juillet 1897.

 

A certaines époques de l'année, le Centre entier se donne rendez-vous sur différentes places publiques qui ont l'avantage d'offrir des attraits tout particuliers.

 

Au commencement de la belle saison, on se retrouve à "l'ducasse du bos"; quelques mois plus tard, les rues de La Louvière sont trop petites pour contenir la foule accourue de tous les points du Centre.

 

Demain dimanche, c'est la cité ouvrière de Bois-du-Luc qui aura tous les honneurs.

 

C'est qu'on fait bien les choses à la Société de Bois-du-Luc! Chacun y trouve toujours un charme nouveau.

 

Outre les distractions d'un vaste champ de foire, on assistera le soir à l'illumination de toute la cité ouvrière. Illumination qui est toujours très réussie.

 

Du château de M. le Directeur-Gérant, on jouit d'un magnifique coup d'oeil: au delà de la cité illuminée, on aperçoit, en effet, dans le lointain, un dôme lumineux se dessinant sur les hauteurs de l'Hospice.

 

Un bal animé réunit chaque année les amateurs de la chorégraphie qui ont le temps de se reposer quelque peu - vers 10 heures - pendant qu'un splendide feu d'artifice est tiré par M. Caes, sur la pelouse du château.

 

Encore une belle fête en perspective!

 

Le lundi à 3 heures, grande lutte au jeu de balle entre Carnières et Bruxelles. Le soir, à 8 heures, bal et illumination.

 

Le dimanche 1er août, concert au "Quinconce" par la société de Bois-du-Luc, sous la direction de M. Platteel.

18:00 Écrit par La Petite Louve dans Festivités | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ducasses |  Facebook |

08/02/2007

Les Fêtes du Centenaire.

Houdeng-Aimeries - Lundi-Mardi 1-2 septembre 1930.

 

La journée de dimanche peut être, certes, marquée d'une pierre blanche; les fêtes du Centenaire ont amené, tout d'abord, une union sincère des trois partis; elles ont, ensuite, suscité entre les habitants un enthousiasme qui s'est marqué, dès samedi soir, par un pavoisement général de la commune et par des sonneries de cloches annonçant la fête du lendemain.

Dimanche matin, un épais brouillard avait fait naître des craintes; mais, dès 10 heures, Messire Phoebus a fait une apparition pas trop méchante, mais qui a mis tout le monde en branle; dans toutes les rues, ce n'était que "festons et astragales": partout, le drapeau national claquait fièrement au vent, tandis que petites et grandes fenêtres étaient fleuries admirablement et étaient garnies de houx, plante symbolisant l'origine de Houdeng: lieu planté de houx.

 

13004HA_CORTEGE_1930~1

Le char "L'Albertville" de la Brasserie Putsage.

 

Les fêtes du Centenaire ont eu un grand succès; le Comité organisateur avait voulu faire un cortège folklorique, rappelant surtout l'origine de Houdeng-Aimeries, les moeurs, les coutumes et les industries du village; il comprenait 25 groupes parés très coquettement, dont 7 chars: les origines de Houdeng-Aimeries, l'industrie houillère, la conquête et le développement du Congo, le Chaudeau, la brasserie, l'hommage aux morts de la grande guerre, la glorification de la Belgique.

 

Les deux premiers chars méritent une mention spéciale: la naissance de notre village était particulièrement rappelée, avec des écussons portant les noms des hameaux: Marais, Stokou, Pain Blanc, Bois de Bignault, Prés de dessous la ville, Pont-du-Sart, etc; le deuxième représentait la "fosse du Bosquet en 1850"; il était entouré de 6 mineurs en costume de travail: MM. Ghislain Jules, Nachtergael Léon, Peltier Emile, Renotte Victor, Staquet Emile et Vanbellingen Jean: à eux six, ces braves ouvriers comptent 350 années de travail ininterrompu au service de la Société de Bois-du-Luc: cette constatation n'est-elle pas aussi élogieuse pour le patron que pour ces vaillants mineurs?

 

13003HA_CORTEGE_1930~1

Le cortège des Fêtes du Centenaire en 1930.

 

Les écoles, tant libres qu'officielles, avaient rivalisé de zèle pour former les principaux groupes, personnifiant les neuf provinces et les produits de notre colonie.

 

A 2h.15, le cortège se forma à Bosquet-Ville, où des photographies avaient été prises des différents groupes; il parcourut allègrement les rues du Quinconce, de l'Hospice, de la Jobrette, du Marais, Neuve, du Stokou, Jules Monoyer, Liébin, du Progrès, Victor Juste, de la Tombe Ile, la Chaussée, Ferrer, Victor Juste, Boël, de l'Eglise, du Pensionnat, François Sadin, au milieu de la foule des spectateurs; la dislocation eut lieu, vers 5 heures, sur la place Communale, place du Souvenir et rue des Ecoles.

 

13005HA_CORTEGE_1930~1

Le cortège des Fêtes du Centenaire en 1930.

 

Au passage de la TombeIle, le cortège défila devant la Maison Communale, au seuil de laquelle se tenait le comte de Liechtervelde, commissaire d'arrondissement, entouré de tout le Conseil communal et des membres du Comité organisateur, à la tête duquel se trouvait M. Léon André, le distingué directeur-général des Charbonnages de Bois-du-Luc, qui fut le promoteur de la fête du Centenaire et qui y a consacré de multiples efforts.

 

Il y avait sur ces deux places, une foule énorme telle qu'on n'en vit jamais à Houdeng-Aimeries; la place du Souvenir, notamment, était couverte de spectateurs; le "Monument aux Morts" était abondamment fleuri et on y voyait un grand cadre renfermant les portraits des enfants de la commune ayant donné leur vie pour la Patrie.

19:45 Écrit par La Petite Louve dans Festivités | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : corteges |  Facebook |