24/08/2009

Passage à niveau

Jeudi 9 septembre 1897.

Plusieurs abonnés nous demandent quand on mettra la main à l'oeuvre pour le passage inférieur du Hocquet promis par M. Vandenpeereboom et que le ministre ne peut avoir oublié puisqu'il en était encore fait mention dans une lettre récente lue en séance du conseil communal. 

Voici: un fonctionnaire du railway est venu, paraît-il, sur le terrain, et on a arpenté. Depuis lors, plus rien. 

Ca pourrait durer longtemps encore! 

D'autres personnes nous informent des arrêts que leurs attelages doivent subir au passage de la rue de la Chaussée, prétendant qu'avec un peu de bonne volonté, on pourrait leur éviter cet ennui. 

Nous transmettons leurs doléances au service que la chose concerne.

18:45 Écrit par La Petite Louve dans Equipements publics | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : passage a niveau |  Facebook |

13/06/2007

Au chemin de fer.

Houdeng-Goegnies - Samedi 7 décembre 1907.

 

Les barrières du passage à niveau sont souvent fermées à Houdeng-Goegnies pour les manoeuvres des trains de marchandises.

 

Cet inconvénient n'existera plus dans l'avenir. Il nous revient, en effet, que l'administration des chemins de fer de l'Etat vient d'acquérir du terrain de l'autre côté de la station; des voies y seront installées incessamment pour permettre de faire toutes les manoeuvres.

17:45 Écrit par La Petite Louve dans Transports | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : chemin de fer, passage a niveau |  Facebook |

18/04/2007

Encore la question du passage à niveau.

Houdeng-Goegnies - Mercredi 31 août 1932.

 

La question si controversée de la suppression du passage à niveau de Houdeng-Goegnies va-t-elle enfin être résolue de façon pratique et satisfaisante.

 

On sait que le Département des Travaux publics ne veut rien entendre au sujet des solutions comportant le détournement de la route de Mariemont à Soignies.

 

D'un autre côté, nous nous sommes déjà fait l'interprète des vives et légitimes protestations que soulève le projet retenu par le Gouvernement.

 

Or, voici qu'un architecte, M.Pol Votquenne, vient de nous présenter une nouvelle solution qui remédie aux principaux défauts de ce dernier projet. Dans cette solution, la route reste directe, mais passe en tunnel depuis la rue Deburges jusqu'au delà du chemin de fer, et ce tunnel est interdit aux piétons. Pour ceux-ci, il est prévu, à côté du tunnel, un passage de six mètres de large sous le chemin de fer, avec courtes rampes d'accès.

 

La circulation des piétons reste aussi presque entièrement au niveau de la route actuelle, à la grande satisfaction des maisons de commerce existantes.

 

Les routes vers la station, le rivage des Charbonnages de Bois-du-Luc et les Verreries du Centre auraient, en moyenne, 8 mètres de large, avec chaussée de 5 m. 50. Les autos pourraient donc s'y croiser et s'y dépasser à l'aise.

 

L'auteur profite de la situation nouvelle pour créer une place d'environ un quart d'hectare en face du magasin de M. Masquelier.

 

Il préconise d'établir, sous cette place, une station de tram genre Métro, avec deux voies, deux quais et un escalier d'accès débouchant à la rue Léopold II. Enfin, il prévoit la transformation du terrain des anciens laminoirs en cité-jardin, avec un grand immeuble à logements multiples. Le plan est intelligemment conçu et de belle allure.

 

Nous prévoyons que cette nouvelle solution pourrait rallier de nombreux partisans.

 

Une objection cependant: pas plus que celui des Ponts et Chaussées, Ie projet Paul Votquenne ne se préoccupe pas de la situation qui serait créée à quelques magasins entre le château de M. Defévrimont et la rue Deburges. Si, Vraiment, on ne pouvait éviter certains dommages, il conviendrait impérieusement d'en assurer la réparation.

 

L'exécution de ce projet coûterait quelques trois millions au trésor; mais l'utilité de ce travail n'est pas contestée par personne - et puis, c'est de l'occupation en perspective pour nos chômeurs.

17:45 Écrit par La Petite Louve dans Equipements publics | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : passage a niveau |  Facebook |

17/04/2007

La question du passage à niveau.

Houdeng-Goegnies - Vendredi 17 juin 1932.

 

Nous avons reçu la visite d'un groupe d'habitants, riverains de la Chaussée, nous exposant ce qui suit:

 

En vue de la suppression du passage à niveau, l'Etat avait préconisé, il y a un an, d'enterrer la Chaussée de 5 à 6 mètres, pour la faire passer sous la voie ferrée.

 

Cette proposition stupide souleva les protestations, fondées, de la part des Administrations communales de La Louvière et de Houdeng-Goegnies, et de la Chambre de Commerce et d'Industrie du Centre, ainsi que des industriels riverains.

 

II nous fut déclaré alors que cette idée ne serait pas réalisée: elle était trop grosse de procès et de conséquences financières pour l'Etat et présentait trop d'aléas d'exécution.

 

Or, il paraît que l'on revient sur ce projet et que la commission des passages à niveau a décidé son exécution; bien plus, elle a ordonné l'élaboration des plans, devis et cahier des charges! Et, depuis hier, on arpente à nouveau.

 

Les protestations vont se renouveler, plus véhémentes que jamais.

 

En effet, la réalisation de ce projet occasionnerait un préjudice énorme: 1° aux industriels, tels que Bois-du-Luc, Léon Masquelier, les Verreries du Centre et autres; 2° à nombre de propriétaires particuliers, parmi lesquels nous citons: la famille' Boël, Gustave Bardiaux, Orner Dequenne, Victor Lété, le docteur Faucon, Doulière Léonce, Charles Pourbaix, Jean Pourbaix, Masquelier père et -fils, Léon Wyam, Joseph Strebelle, Veuve Defevrimont, Meuter frère et soeur, etc., etc.

 

Il importe que M. le Ministre des travaux Publics fasse connaître catégoriquement ses intentions définitives. Les Houdinois ne laisseront pas anéantir l'une des plus belles parties de leur localité, les Louviérois non plus!

 

Les riverains et la population doivent être fixés; afin qu'ils défendent leurs intérêts sérieusement menacés!

 

Il serait si simple de réaliser le projet Jules Draily! Malheureusement, il n'est pas du à l'initiative des dirigeants de l'Administration; ces derniers préfèrent faire dépenser à l'Etat quelque dix, quinze ou vingt millions plutôt que deux, pour l'exécution d'une idée saine et pratique, mais qui ne vient pas d'eux, malheureusement.

 

Mais les communes, les industriels et les propriétaires sont bien décidés à s'opposer avec toute l'énergie et la ténacité dont ils sont capables. Les trois opinions doivent s'unir étroitement dans ce mouvement protestataire, faire agir leurs députés et sénateurs, pour qu'en haut lieu on résolve la question avec sagesse et économie. Et il n'y a pas de temps à perdre.

11:45 Écrit par La Petite Louve dans Equipements publics | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : passage a niveau |  Facebook |

15/04/2007

Le passage à niveau de la Chaussée.

Houdeng-Goegnies - Jeudi 21 mai 1931.

La visite de mardi des autorités pour la question de la suppression du passage à niveau a vivement excité la curiosité de la population, voire même l'anxiété des riverains de la chaussée Paul Houtart.

 

C'est toujours la question de baisser le niveau de la chaussée de cinq mètres, qui a provoqué cette réunion.

 

407HG_CHAUSSEE_DE_SOIGNIES_~1

 

L'enfoncement commencerait à partir de la pharmacie de M. Jean Pourbaix. Si nous partons de ce point, nous dirigeant vers La Louvière, nous avons, à gauche, la rue de la Station. A cet endroit, la dénivellation atteindra déjà deux mètres.

 

Les auteurs du projet suppriment purement et simplement la rue: celle-ci devient un cul-de-sac.

 

Au carrefour des rues Léopold II et Deburges, la route est enfoncée de plus de 4 mètres 50: on prévoit l'établissement d'un pont reliant ces deux artères importantes.

 

L'accès au rivage de Bois-du-Luc et celui de la Verrerie paraissent avoir été perdus de vue.

 

La chaussée passerait sous le chemin de fer, avec une largeur de 8 m. 50, plus deux trottoirs de 1 m.50.

 

L'accès aux maisons aurait, de chaque côté, une largeur de 4 m. 75, y compris un trottoir de 1 m. 50.

 

La route arriverait à son niveau normal vers la rue de l'Ascenseur, pour alors s'exhausser en vue de passer au-dessus du pont.

 

La situation des riverains voisinant le passage à niveau ou le canal sera donc des plus désagréables, si on la compare à celle d'aujourd'hui.

 

Mais comme on leur garantit un accès carrossable, si pratique qu'il soit, ils n'ont droit à aucune indemnité.

 

Il est de toute évidence que l'exécution d'un tel bouleversement d'une route de très grande importance n'est pas possible. La solution présentée l'an dernier par M. le commissaire-voyer  honoraire Draily est beaucoup plus pratique.

 

Nous sommes d'avis que les pouvoirs publics feraient chose sage en poursuivant sa réalisation dans le plus bref délai possible.

18:15 Écrit par La Petite Louve dans Transports | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : passage a niveau |  Facebook |

14/04/2007

Aux vicinaux du Centre.

Houdeng-Goegnies - Mercredi 18 mars 1931.

 

La Société Nationale des Chemins de fer vicinaux du Centre vient de décider de mettre en adjudication le 8 avril les importants travaux de détournement des lignes vicinales du Centre sur notre territoire.

 

Il s'agit de détourner la ligne vicinale sur un parcours de 996 mètres 46, pour éviter le passage à niveau avoisinant la gare de Houdeng-Goegnies et le pont tournant du canal du Centre à La Louvière. Le tram venant de Houdeng-Goegnies quittera la grand'route de Mariemont pour longer la voie ferrée Bruxelles - Haine-Saint-Pierre, traversera le canal sur un pont métallique de 30 mètres de longueur, passera ensuite sous le pont du chemin de fer et longera le canal par le nouveau chemin de Mons, pour regagner la grand'route vers La Louvière.

 

Notons encore que le détournement de Houdeng-Goegnies se fera à double voie, de manière à supprimer tout trafic des trams entre le passage à niveau et le pont Capitte.

 

L'estimation est de 796.215 francs et les travaux doivent être terminés dans un délai de huit mois.

 

Il y a une année, à peu près à pareille époque, il avait déjà été question de l'adjudication ci-dessus.

 

Mais notre Administration communale présenta alors un projet plus complet et de plus grande envergure, en proposant de détourner toute la chaussée, entre le passage à niveau et le pont Capitte et d'établir une voie de 12 mètres de large, pouvant servir pour les trams et pour les véhicules.

 

Il est regrettable que l'Etat n'ait pas admis ce projet; certaines circonstances particulières vont amener, dans l'avenir, la fermeture presque continuelle du passage à niveau de Houdeng-Goegnies et ce sera malheureux pour les nombreux automobilistes qui fréquentent la grande chaussée de Mariemont à Soignies.

 

L'Etat envisage probablement la question financière; mais l'entreprise ci-dessus était pourtant de nature à remédier au chômage. Nos maîtres agiraient-ils avec autant de désinvolture s'il s'agissait de la partie flamande du pays?

19:15 Écrit par La Petite Louve dans Transports | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : passage a niveau, tram, canal |  Facebook |

13/04/2007

Aux vicinaux.

Houdeng-Goegnies - Samedi 24 janvier 1931.

 

Vendredi, vers 6 heures du matin, le passage à niveau de la Chaussée est resté fermé par suite de manoeuvres d'un train de marchandises, pendant 25 minutes.

 

Le même fait s'est encore présenté, le vendredi précédent, à 6 heures du soir, où la barrière a été fermée pendant 24 minutes.

 

Ces faits ne sont pas sans causer un profond désarroi dans la circulation des trams, surtout à des heures où ils sont particulièrement utilisés pour le transport des ouvriers.

 

Il est fortement souhaitable, pour remédier à ces graves inconvénients, que le détournement de la Chaussée soit accompli le plus rapidement possible.

18:15 Écrit par La Petite Louve dans Transports | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : passage a niveau |  Facebook |