08/06/2008

La complainte du ballon.

La Louvière - Jeudi 15 août 1907. Par un beau jour à La LouvièreOn vit s'élever un ballonTout rondMonté par Monsieur Scutenaire Puis des chauffeurs à l'air sévèrePour rattraper le beau ballonTout rondVite à fond de train s'élancèrent Malgré tout l'art qu'ils déployèrentPour se ficher d'eux, le ballonTout rondAux Awirs seul'ment toucha terre Et ce jour-là à La LouvièreOn ne revit plus le ballonTout rondNi les chauffeurs, ni Scutenaire Un mois après à La LouvièreOn vit encore un beau balIonBien longA la forme cigarière Son allure était bien plus fière
Devant, en effet, le ballon
Bien long
Faire un voyage circulaire
 A bord on embarqua le maire
Pour acter ce que le ballon
Bien long
Avec son moteur allait faire
 Prouvant sa volonté altière
Il ne revint pas, le ballon
Bien long
De Pont-à-Celles à La Louvière
 Et les craintes ne se calmèrent
Que lorsqu'on vit, sans le ballon
Bien long
Le fils de Sylvain Guyaux père
A La Louvière

18:45 Écrit par La Petite Louve dans Festivités | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ballon, dirigeable |  Facebook |

06/06/2008

Le dirigeable.

La Louvière - Lundi-Mardi 12-13 août 1907. 

Si le temps est calme, avait-on dit, l’on pourra procéder à des expériences de dirigeabilité. Or, le temps était on ne peut plus favorable et le ballon d'hier est parti avec le vent, tout comme le plus vulgaire des ballons sphériques.

 Le public a été désillusionné. Nous aussi, d'ailleurs. Nous avions cru, jusqu'au moment du départ, pouvoir assister aux évolutions de 1 'aérostat. Notre bonne foi a été surprise, de même, croyons-nous, que celle des membres du Comité organisateur. 

Le ballon s'est élevé majestueusement à 6 heures précises, emportant, outre le pilote, le sympathique bourgmestre de La Louvière,  M. Sylvain Guyaux. L'aérostat a, suivant l’expression consacrée, atterri dans d'heureuses conditions à Pont-à-Celles. Vers huit heures, deux automobiles, conduites par M. M.Deladrière et Plasman, qui avaient suivi le ballon, ramenaient tout le monde à La Louvière.

 On évalue à 40.000 personnes la foule qui se pressait hier dans les rues de La Louvière. Rarement, l'on y avait vu public aussi extraordinaire. A la gare de La Louvière, l'on a recueilli 2.140 billets de voyageurs venant de la ligne de Mons, 2140 de la ligne de Manage et 1030 de la ligne de Haine-St-Pierre, soit 5950. 

20018LL_DIRIGEABLE [Web520]

Le dirigeable s'élève à proximité du clocher de l'église. - Pendant les opérations du gonflement, l'Harmonie du Hocquet, dirigée par  M. Philippe Colin, a donné un charmant concert.- L'Harmonie royale de Châtelet a donné place des Martyrs un très beau concert. Une foule d'amateurs de musique a vigoureusement applaudi l'exécution des différents morceaux du programme.

18:30 Écrit par La Petite Louve dans Festivités | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ballon, dirigeable |  Facebook |

04/06/2008

La ballon dirigeable.

La Louvière - Samedi 10 août 1907. 

C’est aujourd’hui que les aéronautes parisiens arrivent à La Louvière, les préparatifs pour la fête de dimanche étant assez longs. Place Maugrétout, on travaille activement à établir des barricades. 

M. Adolphe D'Hainaut, le dévoué président du Comité des fêtes, nous prie de protester contre les bruits malveillants que certaines personnes font courir, on ne sait trop dans quel but; elles vont racontant que la fête de dimanche n'est qu'une blague.

Or, il est certain que nous aurons un ballon dirigeable à La Louvière dimanche prochain et que des expériences de dirigeabilité seront faites si le temps est calme.

Nous tenons de source sûre qu'il y a actuellement 7000 coupons retenus à Bruxelles pour dimanche prochain, à destination de La Louvière.

- Dimanche, à partir de 9 heures du matin, l’enceinte sera accessible au public moyennant un droit d'entrée de un franc.
- Le Comité prie les habitants de pavoiser.
- Rappelons que l'on peut se procurer, aux bureaux des Nou­velles, au prix de cinq centimes, des cartes reproduisant le cliché du ballon.

- Un garage de bicyclettes sera établi pour la journée de dimanche prochain, chez M. Mathieu Delfant, rue du Gymnase.

 20009LL_DIRIGEABLE [Web520]
 Publicité pour la grande fête aérostatique de 1907. 

Aérostation. 

On sait que la direction des ballons, de l’aéroplanisme et les divers problèmes d'aérostation, sont plus que jamais à l’ordre du jour.

Jamais les expériences ne se sont multipliées avec autant d'intensité que pendant ces dernières années et chaque jour, pour ainsi dire, on voit surgir un problème nouveau ou se réaliser un nouveau progrès.
 

La France semble se distinguer particulièrement dans cette lutte pour la conquête de l'air et son exemple stimule vigoureusement le zèle des autres grandes nations d'Europe. 

Voici que  M. Karl Jatho, de Hanovre, se prépare à expérimenter un appareil de son invention à la construction duquel il travaille depuis douze années. C'est une machine volante basée sur le principe du "plus lourd que l'air". 

Cette machine se compose de six voiles: une horizontale qui sert de base, une autre horizontale qui fait office de gouvernail, deux verticales fixes et deux autres verticales servant également de gouvernail. Ces voiles sont montées sur la nacelle et l’apparei1 comprend en plus une hélice. 

Un moteur de 12 chevaux actionne la machine qui est maintenue en équilibre par la voile horizontale de l'ensemble du gouvernail, qui permet en même temps à la machine de monter, de descendre, de filer de l’avant ou de reculer. La direction est assurée par les deux voiles verticales du gouvernail, lesquelles servent également pour les virages de côté. 

Un seul voyageur peut prendre place dans l’appareil, devant le moteur. Cinq roues disposées sur les côtés de la machine et pouvant basculer d'avant en arrière supportent l’ensemble de l’appareil. La voile horizontale de la base a reçu des proportions suffisantes pour pouvoir éventuellement servir au parachute, dans le cas où le moteur ne fonctionnerait pas. 

L'inventeur de cette nouvelle machine à voler compte commencer ses expériences dans quelques jours et il espère fermement pouvoir s'élever à dix ou douze mètres du sol et imprimer à l’appareil une vitesse de 70 kilomètres à l’heure.

18:30 Écrit par La Petite Louve dans Festivités | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ballon, dirigeable |  Facebook |

02/06/2008

Les fêtes aérostatiques.

La Louvière - Vendredi  9 août  1907. 

De notre correspondant particulier à Paris. J'ai pu rencontrer Monsieur Dubois, directeur de l'Institut Aéronautique de Paris, qui doit organiser la manifestation de La Louvière. Il m'a reçu dans son cabinet d'études, où s'étendent sur les murs, des plans réduits de différents aéronefs. 


- Quel programme comptez-vous nous faire admirer, ai-je demandé à l'aimable ingénieur !

 

- Certains se sont un peu mépris, dit-il, sur mes intentions à La Louvière. Je ne puis évidemment pas réaliser dans votre charmante ville une ascension avec le navire aérien dont voici l'épure. Et M. Dubois étend la main vers une reproduction d'aérostat en forme d'obus dont le cubage atteindrait 10000 mètres cubes.

 

- Cet appareil, reprend  M. Dubois, nécessiterait un déplacement de matériel considérable et des précautions d'emballage et de transport qui rendraient l'expérience très difficile à une distance aussi considérable de mes ateliers et hangars. Je ne m'arrête pas aux aménagements qui seraient indispensables aux lieux mêmes de l'ascension ni à l'accessoire, pourtant si important en matière d'aérostation, tel que gaz à densité fixe, canalisations, protection préliminaire contre le vent défavorable, etc.

 

"Quant à l’auto-locomoteur aérien et à grande vitesse, classé au ministère de la guerre français sous le numéro 487, vous comprendrez combien il devient très délicat pour moi d'en soumettre la manipulation et l’observation en une fête publique où l'intérêt pourrait ne pas être de simple curiosité.


L'appareil d'expérience que je compte présenter à La Louvière est de forme bi-conique et possède une grande hélice avec poutre armée. Il est muni d'un gouvernail de mon modèle D et d'un moteur intensif donnant plusieurs vitesses.

J'espère vous montrer par ce moyen que la direction aérienne est un problème solutionné: pourtant, faut-i1 que le temps soit mon auxiliaire, en calmant les vents "les subites furies"...

 

"Aucun aéronef - et les dernières expériences françaises l'ont prouvé - ne peut aller contre le vent déchaîné; même, la brise peut être légère à la surface du sol et le courant aérien s'affirmer très puissant à cent ou cent cinquante mètres dans les airs.

"Ne dites pas surtout, ajouta  M. Dubois, que je réussirai sûrement; ce serait préjuger. Mais veuillez affirmer que vos compatriotes seront témoins d'une manifestation scientifique dont l’intérêt résidera dans l’aléa et qui sera, d'autant plus passionnante qu'i1 ne s'agit pas d'une comédie dont tous les détails sont fixés à l’avance et suivis avec ponctualité." 

Aimable, le sympathique directeur de l'Institut aéronautique nous reconduisit en invitant les lecteurs des "Nouvelles" à venir bientôt vérifier son langage.                                                                            

Georges ROMARY.
 


- Rappelons que l’on peut se procurer, aux bureaux des Nouvelles, aux prix de cinq centimes, des cartes reproduisant le cliché du ballon.

- Un garage de bicyclettes sera établi pour la journée de dimanche prochain, chez  M. Mathieu Delfant, rue du Gymnase.

18:30 Écrit par La Petite Louve dans Festivités | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : dirigeable, ballon |  Facebook |