28/07/2008

Vieilles coutumes.

La Louvière - Samedi 10 janvier 1925.

 

Elles tendent de plus en plus à disparaître. De même qu'il y eut autrefois des crieurs publics - on les ressuscita pendant la guerre et on ne perdra pas de sitôt le souvenir du sympathique et populaire Thadée Duvivier - il y eut aussi des femmes, presque toujours âgées, qui, lorsqu'un décès survenait, allaient de porte en porte, annoncer l'événement, en ayant soin de définir l'état-civil du défunt, y compris le sobriquet s'il y avait lieu, en indiquant le jour et le moment des funérailles. A l'heure actuelle - le progrès a marché dans tous les domaines - on use de la lettre de "faire-part" ou de l'avis nécrologique dans les journaux. La coutume n'a subsisté que dans les villages. Et c'est, aujourd'hui même, nous trouvant dans une localité du Centre, attendant un tram, que nous vîmes une bonne vieille femme, protégée par un ample caban, le parapluie sous le bras, allant de porte en porte, interpellant même les connaissances croisées sur le chemin, et informant d'une voix encore puissante:- on interre dèmain à huit heures el garçon du (ici le "spot")...

19:15 Écrit par La Petite Louve dans Anecdotes | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : crieur |  Facebook |

04/07/2008

Crieur public.

La Louvière - Samedi 14 décembre 1918.

C'est celui de notre brave et sympathique Thadé Duvivier, qui pendant quatre ans, a été le porte-parole de l'autorité pour nous annoncer le ravitaillement, etc. Thadée est devenu une figure louviéroise. Il est connu sympathiquement de toute la population. Il est obligeant et serviable. Les Louviérois ne l'oublieront pas, quand, dans quelques jours, il ira leur offrir le calendrier où, encadré de vues locales, il est campé de main de maître, son porte-voix au côté. Le Calendrier du Crieur doit figurer en bonne place dans toutes les maisons, chez le plus humble comme chez le plus cossu. N'oublions pas l'ami Thadée. Est-ce en ' bomb ' qui nos quée d'sus l'dos,
Qu 'tout l'monde s'inqueurt sans crii gare
D'sus l'huche, à l’ferniette, comme des sots,
Quée couve est-c' qui no annonce co?
"...Il y a des petotes à la gare. "
 Quand on l'intind t'taveau l'kémin
On pince que c'est tout 's sort 's d'affaires,
Qu'on fra la Paix pou... après d'main,
C'est mieux qu' ça... c'est des pommes de terre
A la gare de La Louvière.
 
272LL_SOUVENIR_DE_GUERRE__1 [Web520]

 Le crieur en 1916.

18:30 Écrit par La Petite Louve dans Anecdotes | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : crieur |  Facebook |