12/02/2010

Nouveaux détails sur le feu

La Louvière - Mercredi 17 juillet 1912.

Ce matin mardi, une équipe d'ouvriers s'emploie, sous la conduite de M. l'ingénieur Burlion, à réparer la pompe d'exhaure. Une autre équipe retire l'eau du puits. Le sinistre aurait pu être plus intense et les dégâts auraient été considérables, sans le concours de courageux citoyens, qui, au péril de leur vie, se sont employés à couper le feu. A cet égard, Fernand Michel, Decorte Nestor, Ruelle Norbert, Jeanmot Jules, Descamps Gustave et Duriaux François ont droit à des félicitations pour le sang-froid dont ils ont fait preuve. Sitôt la pompe d'exhaure réparée, l'on pourra se rendre compte des dégâts occasionnés par la chute de la cage. La corde qui fut brûlée et précipitée dans le bougnou, a une valeur de 12.000 francs. 

Les ouvriers ont été placés un peu partout et aucun ne souffrira du chômage.

19:15 Écrit par La Petite Louve dans Charbonnages | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mitant-des-camps |  Facebook |

11/02/2010

Verrerie du Mitant-des-camps

20021LL_VERRERIE_DU_MITANT_ [Web520]

19:30 Écrit par La Petite Louve dans Cartes postales | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mitant-des-camps, varrerie |  Facebook |

10/02/2010

Le feu dans un charbonnage

La Louvière - Lundi-Mardi 15-16 juillet 1912.

Ce matin, vers 10 H.20, un incendie s'est déclaré au puits n° 5 des charbonnages de La Louvière, situé au Mitant-des-Camps. Le feu a pris sur le carré de la fosse, au lieu dit "Sac à air", et a été communiqué à une cloison en bois très sec. En peu de temps, le feu se propagea et, malgré les prompts secours apportés, l'élément destructeur prit rapidement de vastes proportions. 

A la première alerte, la gendarmerie de La Louvière envoya sept hommes, qui organisèrent le service d'ordre et maintinrent les curieux à distance. Entretremps, les pompes du charbonnage, de la Faïencerie, de diverses usines, celles de la gare de Haine-Saint-Pierre, ainsi que les pompes de la commune, arrivèrent et on commença à arroser le sinistre. Ces divers corps de pompiers étaient placés sous les ordres de M. Gilson, commissaire de police. 

Une des cages fut amarrée à la surface par les taquets et fut ancrée avec d'énormes chaînes, afin qu'elle ne puisse choir dans le puits. L'autre cage était restée dans le fond. La corde tenant les deux cages brûla et celle tenant la cage du fond fut précipitée dans la fosse. On s'empressa d'isoler l'installation du puits numéro 6, tenant au bâtiment incendié, et, à cet effet, de courageux sauveteurs "coupèrent le feu". 

A l'heure où nous quittons les lieux de l'incendie, tout danger de propagation semble écarté. La cage et les châssis, ainsi que les tiges de guidonnage du puits 5, sont complètement tordus. Des bâtiments incendiés, il ne reste que des murs branlants.

Toute la construction métallique sera à remplacer. 

La remonte des ouvriers s'est faite par un autre puits. Il n'y a pas d'accident de personnes à déplorer. Les dégâts, qui sont élevés, sont purement matériels.

19:15 Écrit par La Petite Louve dans Charbonnages | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mitant-des-camps |  Facebook |