01/03/2010

Les usines Boël

03030LL_USINES_BOEL [Web520]

19:45 Écrit par La Petite Louve dans Cartes postales | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : usines, boel |  Facebook |

23/02/2010

Etablissements Boël

01004LL_NOUVEAUX_ETS_BOEL [Web520]

19:45 Écrit par La Petite Louve dans Cartes postales | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : usines, boel |  Facebook |

16/02/2010

Dommages de guerre pour les Usines Boël

La Louvière - Lundi-Mardi 22-23 mars 1920.

La troisième chambre du tribunal des dommages de guerre de Mons, présidée par M. Ernest Desenfans, vice-président, a accordé lundi après-midi, aux Usines Boël, de La Louvière, une indemnité provisionnelle de trente millions, pour la destruction des établissements par les Allemands. 

Une première tranche de dix millions sera payable à l'expiration des délais d'appel; une seconde tranche après remploi de la première, et la troisième après remploi de la seconde.

Les Usines Boël étaient représentées par Mes Maistriau, avocat à Mons, et Simon Thoumsin, avocat à La Louvière.

20:15 Écrit par La Petite Louve dans Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : usines, boel |  Facebook |

06/02/2010

Nouvelles industrielles

La Louvière - Dimanche 5 mai  1912.

Les usines Gilson, à La Croyère, mettront en marche le mois prochain:

  • 1° un second four Martin de vingt tonnes;
  • 2° un train blooming trio de 700 m/m de diamètre, attelé à une machine de 1.200 chevaux, pour permettre de compléter le train plus tard; 3° un train marchand de 450 complet, avec machine indépendante.

19:15 Écrit par La Petite Louve dans Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : gilson, usines, la croyere |  Facebook |

09/01/2010

Le canal et les usines Boël

01004LL_NOUVEAUX_ETS_BOEK50 [Web520]

22:00 Écrit par La Petite Louve dans Cartes postales | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : canal, usines, boel |  Facebook |

08/01/2010

Les usines de M.G.Boël

La Louvière - 30 janvier 1901.

Les usines qui appartiennent actuellement à M. le sénateur Gustave Boël, ont été fondées, en 1850, par M Ernest Boucquéau, dans le but de produire les fers marchands et profilés, ainsi que les rails en fer. 

Il y a 21 ans, en 1880, M. Gustave Boël en devint le propriétaire et l'établissement ne tarda pas à acquérir une importance considérable: H. Boël y ajouta une aciérie Bessmer, un blooming très puissant, un train de vingt-sept pouces pour gros rails, grosses poutrelles, traverses métalliques et billettes, un train universel pour larges plats, deux trains de 20 pouces, pour petits rails, petites billettes, poutrelles, plats pour tôles fines, gros profilés divers, un train de 16 pouces et deux de 10 pouces pour petits profilés; enfin un train à verges, du dernier système.

14028LL_BOEL_TUYAUTERIE_196 [Web520]
Vue aérienne des Usines Boël, Tuyauteries et Construction et Ubell en 1963.

De toutes les aciéries belges, avant la création des Aciéries d'Anvers, les usines de M. Boël étaient les plus proches de la mer; elles sont reliées par eau et par chemin de fer au port d'Anvers, de Rotterdam, de Flessingue et de Gand, et au nouveau port de Bruxelles, ce qui, joint à leur situation au centre du bassin houiller du Hainaut, leur crée une situation privilégiée, au point de vue des approvisionnements ainsi que de l'économie et de la promptitude des transports vers les lieux d'embarquement.

Ces usines peuvent occuper au delà de 1.200 ouvriers; elles possèdent plus de 50 moteurs à vapeur. 

Nous donnons ci-dessous un aperçu des principaux objets de leur fabrication:

L'aciérie produit des aciers de toute dureté et pour tout usage, depuis des teneurs de 0,06 p.c. de carbone jusqu'aux aciers extra-durs pour la construction des ponts, wagons, charpentes et navires. Elle les livre au commerce, sous forme de lingots bruts de section carrée, octogonale ou méplates pour laminoirs à tôles; sous la forme de pièces moulées; les usines de M. Boël en alimentent leurs laminoirs, lesquels fournissent des blooms destinés aux grosses forges et laminoirs, jusqu'à 250 millimètres de section, des billettes de 30 à 100 millimètres de section, pour la fabrication de fil-machine (verges, aciers marchands) et toutes espèces de profilés; des blooms de 100 à 450 millimètres de largeur sur 100 et plus d'épaisseur, pour laminoirs à fers blancs, usines à tôles et laminoirs à profilés; des largets de 125, 150, 175 et 200 millimètres de largeur sur diverses épaisseurs (de 5 à 50 millimètres) pour laminage direct des tôles fines et moyennes, tôles à clous, etc.; des poutrelles depuis 63 sur 38 jusqu'à 301 sur 164 millimètres pour clôtures, bâtisses et charpentes; des larges plats de 200 à 700 millimètres, de 10 à 15 millimètres, pour construction des ponts, charpentes, etc.; des rails de tous poids et de tous profils, depuis 31/2 kilogr. jusqu'à 52 kil. et au delà par mètre courant; des éclisses, des longerons, des traversines et des traverses, pour grandes voies et chemins de fer portatifs; des ULT; des fers à châssis, des ronds jusqu'à 200 millimètres; des lames de ressorts, des fleurets de mine, etc. 

Le train à verges fournit le fil brut, depuis le n° 8 de B. W. ou le n° 20 de la jauge française jusqu'au n° 00 B.W.G. ou le n° 30 de la jauge française, en acier dur ou extra-doux (au dessous de 0,10 de carbone), spécialement pour fils de clôture, pointes de Paris, ressorts de lits, etc., etc. Ces verges sont aussi fournies goudronnées, huilées en bottes d'un système breveté. 

Les boulonneries produisent un fer de toutes les qualités en fer homogène ou en acier extra-doux, les boulons de tous genres, crampons, tire-fonds, rivets, écrous, rondelles et, en général, tous les accessoires de chemin de fer. 

M. Boël est un philanthrope qui fait du collectivisme pratique: depuis 1888, il répartit les bénéfices de la façon suivante : 

La moitié pour lui, l'autre moitié entre tout le personnel au prorata des traitements et salaires, et pour ceux d'entre eux seulement, qui ont été attachés aux usines, pendant l'année entière sans interruption, et n'ont encouru aucune pénalité, pendant ce laps de temps. 

C'est ainsi que du 1er septembre 1889 à octobre 1899, les employés et les ouvriers ont touché de ce chef, l'énorme somme de fr. 431.049,84, près d'un demi-million, qui a mis l'aisance dans bien des foyers, des familles d'ouvriers recevant, pour la part du père et du ou des fils, jusqu'à 1.300 et 1.400 francs. Un tel acte honore hautement l'estimable sénateur de l'arrondissement de Mons-Soignies.

18:45 Écrit par La Petite Louve dans Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : usines, boel |  Facebook |

19/03/2009

Le canal et les usines Boël

237LL_CANAL_ET_USINES_BOEL

18:00 Écrit par La Petite Louve dans Cartes postales | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : canal, usines, boel |  Facebook |